samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs (page 177)

Archives de catégorie : Chroniques CDs

Souscrire au flux

Deerhunter

L’homme derrière le projet Deerhunter s’appelle Bradford Cox. En solo, il avait déjà sorti en 2008, sous le nom Atlas Sound, un LP intitulé Let the Blind Lead Those Who Can See but Cannot Feel. Après deux premiers albums planants et salués par la critique... Lire la suite »

The Verve

Richard Ashcroft is a stupid fuck. Evitons de le mettre en français afin d'éviter que la rédaction en cheffe ne nous censure. Non mais, avouez : premier album médiocre, deuxième : déjà vachement mieux avec des titres comme... Lire la suite »

Billy Idol

Enième compilation best-of de l'Anglais coupable d'avoir enfanté "Rebel Yell" et d'avoir engagé Steve Stevens dans son groupe, assortie de deux nouveaux morceaux exclusifs. Rien ne sert de dénigrer le bonhomme... Lire la suite »

AC / DC

Lorsque AC/DC sort un album, cela ne passe pas inaperçu. Dans les journaux, à la TV, dans les magasins, tout le monde en parle. Votre webzine préféré ne pouvait donc pas passer à côté de cet événement planétaire... Lire la suite »

Mercury Rev

Incompris et injustement conspué, le dernier-né des célèbres musiciens de Buffalo n'en reste pas moins magnifique et passionnant. Deserter's Song avait révélé la formation au grand public, stupéfait face au style de la bande de Jonathan Donahue et à la qualité de morceaux... Lire la suite »

Kaiser Chiefs

En deux mots comme en mille, cet album ne répond pas aux attentes formulées par les fans du groupe de Leeds. Bien sûr il y a le "Never Miss A Beat" qu’on nous martèle sur les bonnes ondes (et qu’on nous martèlera dans six mois sur les moins bonnes). Mais ce titre est à des lieues du superbe "Ruby" qu’on a pu découvrir en 2006 ou encore d’un "I Predict A Riot" de leurs débuts. Dans l’ensemble, la naïveté convenue de cet album (beaucoup moins classieuse que sur les précédents) fait penser au Great Escape de Blur. Donc: un pas en arrière pour les cinq Anglais. D’ailleurs le titre d’ouverture "Spanish Metal" annonce la couleur : de bonnes idées çà et là, mais pas vraiment de suite dans les idées au niveau de comment les aborder ou comment les rendre crédibles. On ne sait pas comment finir le morceau ? Pas grave, on tronque, on tranche, on coupe dans la masse, dans le gras. Sans queue ni tête. Lire la suite »

Revenir en haut de la page