dimanche , 15 septembre 2019
Home » Chroniques CDs (page 170)

Chroniques CDs

Jay-Jay Johanson

Avec Self Portrait, Jay-Jay Johanson garde le cap direction un pop éthérée, tamisée, caressante sans être sirupeuse, ceci depuis une douzaine d’année déjà. En ouverture,“Wonders Wonders“ est un morceau de grande, grande classe avec ses arrangements discrets. La bonne presse appelerait cela « sur du velour », ce qui ne déplairait pas aux vulgarisateurs qui ont toujours cette paresse infinie d’appeler Jäje le « dandy nordique ». Le personnage intéresse effectivement, de prime abord d’un minimalisme austère, loin de l’étiquette présumée d’une pop suédoise luxuriante et saltimbanque. Voici toutefois le dernier des déscendants d’un genre violenté, le trip hop, avec comme cicérone DUMMY de Portishead en 1994, album qui aida fortement Johanson à concrétiser son passage du jazz à un genre hybride au chevet de son songwritting à l’âge de 25 ans.

lire...

Faust

C'est com... com... compliqué, titre du dernier album de Faust ne pouvait pas mieux porter son nom. Depuis bientôt 40 ans de carrière (avec certes un long break) le groupe franco-allemand nous dessert son rock expérimental si particulier qui est associé au mouvement Krautrock, contraction de sauerkraut (choucroute en allemand) et rock. Et il faut bien admettre que c’est compliqué de parler de la musique de Faust. Le trio, actuellement composé de Zappi Diermaier, Jean-Hervé Péron, et du guitariste Amaury Cambuzat est toujours aussi inattendu et improbable. Entre délires sonores, paroles poético-zarbies et ambiance post rock, les artistes s’éclatent toujours à créer au sens large du terme. Faust est bien plus qu’un groupe, c’est un mélange d’art abstrait, de pop art et de musique.

lire...

The Von Bondies

Il est toujours surprenant de penser que les Von Bondies ont commencé à faire des concerts en 2000 en compagnie des White Stripes, tant l’image qu’on a des deux groupes aujourd’hui est différente. Et pourtant le premier album des Von Bondies, LACK OF COMMUNICATION, était bien plus crado et jouissif que le single qui les ont fait connaître au grand public, "C’mon C’mon". D’ailleurs pour la p

lire...

John Schooley and his One-Man Band

Fans de T-Model Ford, du côté le plus roots des White Stripes et des Cramps : réveillez-vous ! Sorti d’Austin, Texas, avec un pied gravement ancré dans le rock’n’roll le plus trash qui soit et un autre fidèle pour toujours au blues des ancêtres (..)

lire...

Adam Green

Interview de l'ancien leader des Moldy Peaches, en solo depuis déjà quelques années. Très reconnu en Allemagen et en Suisse-Allemande, le pauvre garçon ne rencontre pas le succès qu'il mérite de ce côté-ci de la Sarine. Lords of Rock vous le sert sur un plateau, depuis le concert du 22 septembre dernier, Schüür, Lucerne.

lire...

Them Crooked Vultures

Nous vous parlions il y a peu de la formation d’un nouveau supergroupe constitué de Josh Homme (Queens of the Stone Age), Dave Grohl (Foo Fighters) et John Paul Jones …

lire...

Underschool Element

Underschool Element est de retour. Un vague souvenir me revient à l’esprit. Il y a plusieurs années, le groupe donnait un concert à l’Atelier Volant, le public semblait apprécier. J’y suis resté deux minutes. Avril 2009, à ma grande surprise le facteur me livre un exemplaire de leur nouvel album. Quelques jours plus tôt je fus surpris de réentendre parler du combo fribourgeois, je tombai sur un article dans Femina (il me semble) brossant un portrait flatteur du groupe et de son nouvel album finement intitulé LIVE ACCOUSTIC. Quoique moyennement ravis de recevoir ce cd, je le laissai de côté, pensant me faire oublier quelques semaines. Après une sévère réprimande, je dus m’exécuter et dut écouter cet album au profit d’autres artistes qui me touchent (Europe, Nightwish, Scorpions et le nouvel album de Bénabar vraiment fabuleux).

lire...

Archive

Le mois dernier, les gentils « poppy boys » de Keane expliquaient à la presse rock anglaise qu’ils se considéraient comme les Pink Floyd des années 2000. Erreur jeune gens, vous êtes plutôt les Elton John du nouveau millénaire. Et puis de toute évidence, si l’on devait désigner un groupe comme étant le rejeton actuel l

lire...

The Bishops

Rappelez-vous des Bishops, ce groupe anglais anachronique à la sortie de son premier album éponyme, en complet-cravate au temps du fluo. Ils avaient réussi à se faire un nom dans un paysage musical anglais pourtant en bonne partie verrouillé par le NME, qui avait à l’époque des Klaxons annoncé le règne de la new rave et la fin des groupes sixties. Pour les avoir rencontré en 2007 à Pully, les deux jumeaux et leur étrange batteur blond étaient conscients du petit exploit qu’ils avaient réalisé mais n’avaient pas pour autant pris la grosse tête. Ils avaient même l’air encore plus surpris que n’importe qui d’autre de ce qui leur arrivait ! Et c’est donc deux ans plus tard qu’ils refont surface dans le paysage musical anglais. A ceux qui les verraient (res)sortir de nulle part, je précise que les Bishops n’ont pas chômés pendant ces deux années puisqu’ils ont pas mal tourné, notamment au Japon où leurs performances scéniques sont appréciées. Mais à quel point ont-ils changé en deux ans ?

lire...

The Black Sheep

Tout comme la plupart d’entre vous j’imagine je n’avais jamais entendu parler de The Black Sheep. Ce n’est d’ailleurs pas tellement une surprise étant donné premièrement que c’est leur premier album, et secondement que ce quartet féminin nous vient d’Allemagne. Etrangement je trouve ça plutôt attirant, ces quatre jeunes allemandes qui font du rock, en pleine rébellion adolescente. Tout cela transpire une naïve innocence (il suffit de voir leur nom) dont on a envie d’explorer les limites. Pour être franc je pourrais vous dire que cet album ne mérite pas votre attention, ce ne serait pas vraiment un mensonge étant donné le nombre d’albums géniaux qu’ils vous restent sûrement à écouter, mais ce serait malgré tout une erreur. Pour le comprendre, voyons le disque de plus près.

lire...