Home » Chroniques CDs (page 140)

Chroniques CDs

Avi Buffalo

Oh le joli premier album des Californiens d'Avi Buffalo ! Dix titres sans prétentions mais d'une élégance rare qui se détachent facilement des sorties actuelles. Ces jeunes gens de Long Beach sont brillants: à surveiller de près. Attention: pas hype du tout.

lire...

Mi Ami

A l'honneur en cette fin de semaine, le groupe Mi Ami, chroniqué par un nouveau venu dans la maison. Le trio de San Francisco revient délivrer une nouvelle bourrasque pleine de gémissements, de transes et de furie. Ecoute impérative.

lire...

The Kissaway Trail

Ce groupe danois commence gentiment à se faire un nom au sein de la scène indie pop rock européenne. Ce n’est pas encore le groupe de référence, mais petit à petit, l’oiseau fait son nid. Ils reviennent ce printemps avec un deuxième album SLEEP MOUNTAIN. Nos braves lecteurs Suisses se rappellent peut-être de leur venue il y a deux ans pour le Paléo Festival ainsi que pour le Jazz de Montreux. Si leur premier album qui avait valu ces dates en Suisse n’a pas marché du feu de Dieu, ce deuxième opus risque de lancer la machine. En tout cas, espérons-le, car c’est vrai que c’est un album agréable qui mérite d'assez bonnes critiques.

lire...

Delaney Davidson

Avec sa pochette largement digne des comic books US des années 50, Delaney Davidson nous délecte avec un éclectisme qu’on trouve rarement chez un artiste. "Little heart" est un chant résolument moderne sur une musique blues New Orleans, dont le mariage est tout à fait réussi. "Around The World" (signée du Suisse Reverend Beatman) et "Back In Hell" avec leurs cuivres, rappellent les meilleures heures d’un Ennio Morricone en grande forme. Le Néo-Zélandais n’hésite pas à reprendre des chants traditionnels ("Dirty Dozen", "In The Pines"), ce qui lui a probablement valu la bénédiction de David Eugene Edwards, qui l’a invité à faire quelques premières parties de Woven Hand. Tout comme T-Model Ford d’ailleurs. Et Holy Golightly. Et les Dead Brothers aussi, dont l’influence est forte sur cet album. La liste est longue. L’homme a déjà parcouru un long chemin. Tout est dit. Le reste se trouve dans la galette.

lire...

Hipbone Slim & The Knee Tremblers

Après un passage financier et artistique „à vide“, voici voilà la nouvelle galette (euh, sortie il y a quelques temps – nos excuses !) du très respecté label Voodoo Rhythm Records ! Et quelle galette ! Le fin os du bassin et ses agitateurs du genou sont probablement les plus dignes héritiers du rockabilly 50’s, au sens large s’entend : ils créent le même genre de mélodies, d’ambiance, de son et sont extrêmement bons dans ce qu’ils font. Aussi, ils ont su se façonner une personnalité propre. The Pretty Things ou Link Wray (clin d’œil aux guitaristes : Link Wray est l’inventeur du power chord) ont fait confiance à Bruce « Bash » Brand, batteur de son état, histoire de situer le niveau du combo… Les mecs passent aisément du style surf ("Camel Neck") à un "Eye Of The Storm" profondément Eddie Cochran, en jonglant avec une ballade comme "No End In Sight" ou en rendant un vibrant hommage à Screamin’ Lord Sutch sur "Dig That Grave !" Impressionnant ! Si leur style doit tout à Nashville, le trio est de Londres. A ne manquer sous aucun prétexte si le trio est dans le coin pour faire du boucan. Soirée mémorable en perspective. Soyez attentifs.

lire...

People in Planes

Quelle étrange pochette. Le groupe se nomme People in Planes, et la pochette de leur troisième album est orné d'un bateau sur le point de tomber d'une cascade d'eau ensanglantée. L'avion, lui s'est déjà échoué à l'arrière du boitier, dans cette même mer sanguine. Quant aux seules personnages présents (et encore en vie), ils périront avec la calèche. Nous voilà avertis; avant même d'insérer le disque dans le lecteur, on sait que BEYOND THE HORIZON est un album profondément sombre. People in Planes est un quintet gallois actif depuis plus d'une dizaine d'années. Autant dire que ce ne sont plus des débutants, et ce LP le prouve. Les douze titres de cet album sont tous plus accrocheurs et fascinants les uns que les autres. Les émotions du texte sont fortes, et la musique les exprime merveilleusement bien. D'un "I Wish You'd Fall Apart" schizophrène à un "Better Than Life" fantasmatique, de la détresse de "Mayday" (M'aidez) à la douleur qu'on veut à tout prix calmer dans "Pretty Buildings" (dites non à la drogue les enfants), en passant par la solitude de "Last Man Standing" et "Know by Now", sans oublier les citiques "Beyond the Horizon" et "Flesh and Blood", l'album est construit tout en beauté et en puissance. Les People in Planes nous invitent à un voyage dans la noirceur de nos sentiments. Magistral.

lire...

Sweethead

Si je vous dis Troy van Leeuwen? A Perfect Circle et Queens of the Stone Age, bien sûr. Rappelons également sa participation à des albums de groupes tels que Depeche Mode, Korn, Limp Bizkit et Orgy. Rien que ça. Le guitariste de génie nous revient avec Sweethead, son nouveau projet et album éponyme, nom inspiré par une B-side de David Bowie. On est en droit d'attendre un album excellent, au moins. Et résultat... un pur délice rock'n'roll. Serrina Sims (choriste sur le dernier album en date des Queens of the Stone Age) y est pour beaucoup; en dehors de son physique avantageux, sa voix légèrement cassée en fera (et pardonnez l'expression) bander plus d'un. Dès les premiers riffs de "The Sting", impossible de se retenir, on tape du pied aux rythmes entêtants de la guitare et des claps claps. "Turned our Backs" nous donne envie de partir sur la Route 66 en chevauchant une Harley-Davidson. On freine le tempo sur "Running Out", mais on reprend très vite avec "Skinhole National".

lire...

Eagle Seagull

Une véritable révélation. Avec le groupe venant tout droit du Nebraska, la musique redevient simple, fraîche et intemporelle. Une naïveté toute franche transparaît de ce deuxième album, THE YEAR OF THE HOW TO BOOK.

lire...

Santana

On n'attendait plus le père Carlos à la fin des années 90 et voilà qu’à l’été 99 surgit dans les bacs le bien-nommé Supernatural. La réédition de cet album au format Legacy est aujourd'hui à

lire...

The Parisians

The Parisians est ce genre de groupe à prendre avec des pincettes, tant son parcours fut chaotique jusqu'à l'arrivée de ce premier, produit par Yarol Poupaud. The Parisians: groupe maudit des années 2000? Tentative de réponse par notre experte en rock'n'roll. On entendait parler pour la première fois des Parisians il y a six ans, souvenez-vous. Et cet écho ne venait pas de n’importe qui, mais des Libertines. Ces feu derniers anoblissaient ce jeune groupe de... Paris, qui allait voir à sa suite déferler toute la vague de ce que les médias appelleront les « baby rockers », Naast, Shades et autres BB Brunes. Vague, ou plutôt raz-de-marée auquel il était difficile d’échapper. Forts de cette notoriété venue d’en haut, les Parisians faisaient leur première date en Suisse : la curiosité du C’est l’hiver ! Morgins Festival était piquée, pour retomber aussitôt. Mais on nous prévient : « Là où d’autres punks à temps partiel ont abandonné le rock’n’roll, préférant suivre les diktats de la hype, The Parisians creusent cette veine ». Voyons voir ça. Plusieurs années sont passées entre leur première gloire – dont la destinée ressemble à un soufflet raté – et la sortie de ce premier album : autres membres, oui ; autres chansons ?

lire...