2024 : année de Johnny Mafia

Si vous écumez les festivals, que votre oreille est apaisée à l’écoute de sons crasseux et violents, que pour vous il n’y a pas que Hallyday dans la vie, vous êtes forcément sous l’emprise de Johnny Mafia. Les quatre copains de lycée originaire d’un coin paumé de la Bourgogne, une sorte de sous-sous-sous préfecture quelconque. Une version pâlichonne d’Auxerre mais sans Cédric Hengbart ni Guy Roux : Sens.

Mis à part l’attachement démesuré à leurs racines, on adore Johnny Mafia. On le disait ailleurs sur le site, mais c’est une histoire d’amour. Pas entre les membres mais entre nos oreilles et eux. Le genre de relation toxique que tu peux avoir un avec mec qui aime te secouer, te mettre des grandes taloches dans la gueule, sauf qu’eux les mettent à coups de riffs et de grosse caisse qui cogne. Loin de nous l’idée de faire l’éloge des violences conjugales, mais plutôt la promotion de l’explosivité et la sincérité de leur musique. C’est brut, ça part dans tous les sens, mais putain que c’est bandant. Leur morceau phare dévoilé il y a quelque mois “Vomit Candy” donnait le ton à l’époque : 2024 sera l’année de Johnny Mafia. L’énergie et la fougue qui ont toujours fait leur force sont une fois encore au rendez-vous. On a du morceau catchy avec “Summer” et “I’m Bound”, mais également du beaucoup plus nerveux avec “Cyanide” sur lequel la bande lâche les chevaux et envoie tout valdinguer sur le finish. Encore une pépite délivré par un des meilleurs groupes français actuel.

Théo et ses copains ont d’ailleurs célébré à La Maroquinerie le 5 avril dernier la sortie de “2024 : année du dragon”, leur toute nouvelle galette. C’était une soirée famille et copains, un petit comité chaud comme la braise entassé dans une salle aussi brûlante que les doigts d’Eric Zemmour qui aurait Le Canard Enchaîné dans les mains. Une des petites nouveautés de cette nouvelle tournée, c’est avant tout la déco sur la grosse caisse, on y voit la trombine d’Enzo en mode sourire Colgate et c’est déjà très enthousiasmant. Deuxième petit plaisir : le groupe entre sur “La Lambada”, pas besoin de commentaire supplémentaire. Le public est chaud, Johnny Mafia aussi, il ne faut d’ailleurs que quelques minutes pour que le batteur fasse tomber le t-shirt tout en éclatant ses cymbales. Pas de temps mort, uniquement de la brutalité et du gros son pendant plus d’une heure. Ils aiment la scène avant tout et ne font preuve d’aucune retenue. D’ailleurs lorsque les laïus de William durent un peu trop longtemps au goût de Théo, le chanteur/guitariste reprend le lead pour envoyer fissa le prochain morceau. Etait-ce une soirée best-of ? C’était bien plus que ça. De “Crystal Clear” à “Black Shoes” en passant par “Trevor Philip”, les amis ont fait exploser la Maro sur chaque titre. Bien aidés par des petits nouveaux comme “Vomit Candy” ou “Hammer”, les Sensonois ont parfaitement fêté leur dernier album bien garage comme on aime. Et ouais, on sait qu’on dit “senonais” mais vraiment, on aime les irriter.

Johnny Mafia à La Maroquinerie c’est : 75 slams dont 17 de plus de 12 secondes, un jeu de clés perdu, 350 litres de bière, 27 gobelets balancés vers la scène, 5243 gouttes de sueur projetées par les 4 musiciens, 115 décibels sur 80% du concert, aucune petite culotte jetée et un début de reprise de Canary Bay. Putain que c’était bon, à très vite les gars. Si vous n’avez pas eu la chance d’être là vendredi, rassurez-vous les gus seront un peu partout dans les mois à venir.

About Author

Check Also

22ème édition du Festival de la Paille à Métabief les 26, 27 et 28 juillet 2024

Le Festival De La Paille 2024 se déroulera les 26, 27 et 28 juillet prochain à Metabief. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench