vendredi , 28 janvier 2022
Le groupe The New Pornographers reste en groupe atypique de part sa forme ainsi que part la ligne artistique suivie. Pour commencer, ce n’est pas vraiment un groupe à proprement parler, mais une sorte de collectif ou de projet parallèle de plusieurs musiciens. Fin des années 90, Vancouver, Carl Newman s’entoure de quelques musiciens de la scène indie locale et crée ce supergroupe qui cartonne rapidement avec notamment le single "Letter From an Occupant". Depuis, quelques albums réussis toujours dans cette lignée power pop, énergique et surtout dans la positive attitude. Alors voilà, c’est là qu’on peut épiloguer et ouvrir son esprit critique. Le côté positif et flower power est sympa un moment, mais est-ce que c’est n’est pas un peur trop léger au bout du compte ? C’est ce qu’on peut éventuellement reprocher au groupe, un manque d’évolution et de jouer en terrain conquis. Mais bon, on pourrait faire ce reproche à AC/DC qui joue les mêmes morceaux depuis 35 ans. Quand on a trouvé son style et que ça marche bien, pourquoi changer ? Au final, les 8 musiciens ont réussis à se trouver pour ce 5ème disque malgré des agendas bien chargés et comme d’habitude des guest font leur apparition sur quelques titres.

The New Pornographers

Pop-Rock 5ème album pour les Canadiens qui poursuivent leur carrière dans cette vibe positive, faite de voix, de chœurs, de guitares, de jolies mélodies, d’amour et d’eau fraiche.

Le groupe The New Pornographers reste en groupe atypique de part sa forme ainsi que part la ligne artistique suivie. Pour commencer, ce n’est pas vraiment un groupe à proprement parler, mais une sorte de collectif ou de projet parallèle de plusieurs musiciens. Fin des années 90, Vancouver, Carl Newman s’entoure de quelques musiciens de la scène indie locale et crée ce supergroupe qui cartonne rapidement avec notamment le single « Letter From an Occupant ». Depuis, quelques albums réussis toujours dans cette lignée power pop, énergique et surtout dans la positive attitude. Alors voilà, c’est là qu’on peut épiloguer et ouvrir son esprit critique. Le côté positif et flower power est sympa un moment, mais est-ce que c’est n’est pas un peur trop léger au bout du compte ? C’est ce qu’on peut éventuellement reprocher au groupe, un manque d’évolution et de jouer en terrain conquis. Mais bon, on pourrait faire ce reproche à AC/DC qui joue les mêmes morceaux depuis 35 ans. Quand on a trouvé son style et que ça marche bien, pourquoi changer ? Au final, les 8 musiciens ont réussis à se trouver pour ce 5ème disque malgré des agendas bien chargés et comme d’habitude des guest font leur apparition sur quelques titres.

Joie et volupté

A l’intérieur de TOGETHER il y a de quoi passer de bons moments cet été. Des morceaux fédérateurs, dansants qui donnent la patate dès le réveil. « Crash Years » en est le parfait exemple. Avec une petite touche 70’s pour compléter le tout, des sifflements mélodiques, voilà un titre qui apporte joie et volupté. Plus rock grâce à son riff à la guitare, le single « Your Hands (Together) » n’est pas en reste non plus et a de quoi prétendre au titre de « tube en puissance ». Une des marques de fabrique des New Pornographers est entre autres ces voix en chœur qui donnent de l’ampleur aux morceaux. Carl Newman partage en effet les parties vocales avec Dan Bejar, Neko Case et Kathryn Calder. Il ne le font pas à chaque fois, fort heureusement, il y a des titres plus masculins (Silver Jenny Dollar) et d’autres plus féminins (My Shepherd), mais c’est clairement un truc bien à eux.

TOGETHER est donc un album qui s’écoute facilement, par moment on décroche, puis on y revient, c’est un disque agréable, pas révolutionnaire, mais qui se laisse écouter. Si vous ne jurez que par le death metal, nous vous déconseillons clairement cet album.

About Anthony

:-)

Check Also

Steve Vai – Inviolate

J’ai toujours été à la fois fasciné et agacé par Vai. D’un côté, très bon …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.