mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs (page 172)

Archives de catégorie : Chroniques CDs

Souscrire au flux

Brian Wilson

Vous est-il déjà arrivé d’aller dîner chez des connaissances et que ceux-ci vous mettent une musique de fond qui semble – justement – ne pas avoir de fond ? Vous vous êtes alors dit deux choses : soit ils faisaient cela car ils ne vous connaissaient pas bien et qu’il aurait été déplacé de leur part de vous balancer un bon petit Pantera de derrière les fagots (j’aurais pu dire Weezer, j’aurais pu dire Starsailor, j’aurais même pu dire Frank Sinatra qui reste tout à fait digne d’intérêt surtout dans ce genre de cas), soit les haut-parleurs vomissent cette soupe comme ils vomiraient n’importe quelle autre et, franchement, étant donné la qualité de la chaîne hi-fi, c’est bien dommage de passer ce genre d’infamies. Ils ont du fric, mais n’ont pas de goûts. Heureusement le pinard, lui, tient la route. Appelons cette catégorie de personnes les "sans-goûts". Lire la suite »

John Frusciante

John Frusciante et Josh Klinghoffer sont de retour. C’est déjà loin 2004 et leurs pléiades d’albums, sans parler de 1994 et NIANDRA LADES AND USUALLY JUST A T-SHIRT, premier essai sombre, acoustique, drogué et expérimental du guitariste génie des Red Hot Chili Peppers. John va mieux, ne se drogue plus, compose et participe à de nombreux albums, bref... Il vit seulement pour la musique aujourd’hui. THE EMPYREAN fut enregistré il y a déjà un an, avec l’aide de Josh. Flea (bassiste des Red Hot), Johnny Mar (guitariste des Smith), Lawrence Young et le Sonus Quartet pour les cordes, s’invitent discrètement sur plusieurs morceaux. John l’a annoncé comme un concept album expérimental racontant l’histoire d’un personnage. Il a longuement publié sur un blog des poèmes et des idées afin de nous faire comprendre le scénario. Puis soudain, a regretté puis a expliqué qu’il s’en voulait de nous avoir influencés. L’album se veut un ensemble mais n’as pas été composé en tant que tel. Bref c’est déjà très confus et compliqué. Lire la suite »

Larry Garner

Dernier opus en date Larry Garner, Here Today Gone Tomorrow est dans la droite ligne de ce que produit habituellement ce bluesman de Bâton Rouge. Après six ans loin des studios, pour cause d'ennuis cardiaques, Larry Garner revient avec ce disque très réussi, entouré de pas mal de musiciens, qui viennent ça et là développer un chorus, de piano, d'orgue, de sax, d'harmonica, d'accordéon (dans "Heavy Pieces" cajun sur les bords), sans oublier la guitare bien-sûr (assez énervée sur "Funk it up"). Mais la musique de Garner n'est pas portée sur les solos à rallonge et l'esbroufe. Plutôt sur l'ambiance, et les textes, longs, qui nous raconte les petites gens, les souvenirs d'enfance, sa région natale, ses ainés et mentors (BB King, Clarence Brown...). Garner est un conteur, dans la tradition de ce blues oral, un philosophe à sa manière, surtout après avoir frôlé la mort. Les premiers morceaux nous replongent aussitôt dans un univers connu, ses arrangements et mélodies sont simples, sobres. On a parfois l'impression d'anciens titres remaniés. D'ailleurs "Keep singing the blues", blues avec une partie parlée de près de 10 minutes, était présent dans son album live de 2002 « Embarassement / Live in Europe » un opus particulièrement généreux. Lire la suite »

Bruce Springsteen

Pour quelle raison Bruce Springsteen s'est entiché du producteur Brendan O'Brien, je l'ignore. Alors que Springsteen produisait lui-même ses albums, depuis THE RISING, il s'est adjoint les services du producteur d'Audioslave, AC/DC, Rage Against The Machine... Ceci à l'exception de l'album PETE SEEGER SESSIONS, bouclé à la maison en trois jours.. Lire la suite »

Lordi

Rappelez-vous de ce fameux concours de l'Eurovision 2006. Ce concours récompensant en général des ballades niaises de chanteurs venus des pays de l'Est avait révélé un groupe « atypique », Lordi avec son hymne parfaitement kitsch et hardrock des 80's "Hardrock Hallelujah". Atypique oui, car les membres du groupe sont tout simplement, souvenez-vous, déguisés en infâmes monstres. Si le groupe avait choqué l'église, vos grands-parents et surtout Michel Drucker qui avait tout de même déclaré: « Éloignez les enfants du poste, ils vont faire des cauchemars. J'imaginais pas les Lapons comme ça. Ils seront au zoo de Vincennes à la rentrée. » ou encore « Ce show fabuleux qui va être remporté par ... du hardrock. (rires) Je vais le faire écouter à ma chienne, qui va devenir dingue », ils avaient surtout fait rire et fait plaisir à tous les fans de rock. Même si la qualité de leur musique reste anecdotique, leur victoire dans une émission réservée à la variouse douteuse avait soulevé une vague d'enthousiaste et de curiosité autour de ce groupe scandinave. Mené par le grand méchant M. Lordi, le groupe qui mêle avec subtilité les films d'horreur et le concept de Kiss en est déjà à son cinquième album avec DEADACHE. Car, oui Lordi, c'est un groupe de hardrock et pas juste une blague montée pour remporter l'Eurovision (ah bon?). Après, la question qui peut nous venir à l'esprit est sans doute: était-ce vraiment un choix judicieux de continuer à faire de la musique? Lire la suite »

Morrissey

Trois ans presque jour pour jour après la sortie de son album précédent (le très critiqué et pourtant assez réussi RINGLDEADER OF THE TORMENTORS), Morrissey a décidé de nous réserver une petite surprise avec ce YEARS OF REFUSAL qui est certainement son disque le plus rock depuis SOU Lire la suite »

Alphabeat

Enfin! Enfin on a fini de s'emmerder dans le paysage musical rock/pop/folk ! Voici Alphabeat qui, certes, ne réinvente pas la roue, mais, avec THIS IS ALPHABEAT a) nous fait passer un bon moment et b) modernise tout de même un peu la roue, en fait, car si ce premier album est très, très eighties voire avant ("Fascination" est sooooo Grease!), il y a clairement une pointe de modernité (et d'humour, s'il vous plaît) forcément obligée mais habilement dissimulée ("Rubber Boots"). Passons "10,000 Nights" qui est Lire la suite »

Warship

SUPPLY AND DEPEND commence plutôt bien avec "Toil", tributaire d'un hardcore métal de style new-yorkais, abrasif et dissonnant, dans lequel les hurlement font écho aux alternances rythmiques et guitares tantôt lourdes et lentes, tantôt rapides et enragées. C'est brutal et ça fait plaisir. "Profite Over People" en remet une couche, immédiatement, et nous tabasse à nouveau. Mais qui sont ces types? Il s'agit d'un duo de Long Island, né des cendres de From Autumn To Ashes. Enregistré par Andrew Schneider, déjà responsable des albums de Pelican ou Cave In, Warship conserve un côté poisseux et pourrait s'écouter instrumental. On sent néanmoins que Francis Mark éprouve un plaisir énorme à s'égosiller jusqu'à rupture du larynx sur la plupart des titres. Et lorsqu'il chante plus doucement, on ne lui en veut pas, c'est de bonne guerre, même si ces passages-là sont de loin les moins bons, malgré quelques exceptions. Tristesse d'une époque, Linkin Park et ses sbires sont passés par là, mais aucune séquelle grave chez Warship, heureusement. La motivation qui anime la formation, qui affirme en premier lieu faire de la musique que ses membres mêmes auraient du plaisir à écouter avec ou sans succès à la clé, est touchante de sincérité et telle passion mérite respect. Lire la suite »

Eli Paperboy Reed

Eli Husock est un jeune type de 25 ans, natif de Boston, et grand admirateur de soul music. Avec ce second album ROLL WITH ME, il ose reprendre au millimètre près une recette éprouvée, mais hélas quelque peu oubliée. Cette recette c'est la soul. Pas forcément celle de Motown (quoique...) mais surtout celle de Stax (Otis Redding, Sam & Dave, Rufus Thomas...) ou de Muscle Shoas (Aretha Franklin, Wilson Pickett, Percy Sledge...). Dans ce très court disque, il n'y a pas un hurlement qu'on n'ait pas entendu chez James Brown, Sam & Dave, Stevie Wonder ou Ray Charles, pas un contrepoint de saxophone qu'on n'ait pas déjà croisé mille fois dans les studios Atlantic, pas une descente de toms qui n'ait pas déjà déboulé dans nos oreilles... C'est incroyable ! Même l'impression sur le CD semble être d'époque ! Lire la suite »

Empire Of The Sun

C’était inévitable : au vu du succès aussi inattendu que spectaculaire des faramineux MGMT, une multitude de groupes electro-rock-hippy colorés allaient forcément faire leur apparition sur la scène rock. Ca a commencé à la fin de l’année dernière avec une première salve venue de New York (tout comme MGMT) et menée par les très corrects Chairlift. En ce début d’année 2 Lire la suite »

Revenir en haut de la page