Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Scott Matthew

Scott Matthew

There Is An Ocean That Divides, And With My Longing I Can Charge It, With A Voltage That's So Violent, To Cross It Could Mean Death

Glitterhouse Records / Irascible


Dans la famille des gros nounours à barbe vous filant le cafard tels que Ray
LaMontagne
et Iron & Wine, je demande Scott Matthew. Ce natif de Queensland
en Australie, installé à New-York revient en 2009 avec un album dont le titre THERE IS AN OCEAN THAT DIVIDES AND WITH MY LONGING I CAN CHARGE IT WITH A VOLTAGE THAT’S SO VIOLENT TO CROSS IT COULD MEAN DEATH est en lisse pour le
titre d’album le plus long de l’année. Mais, rassurez-vous, l’album n’a pas que
le titre d’original et d’intéressant.
Le disque s’ouvre doucement avec « Every Traveled Road » et « For
Dick », deux chansons magnifiques dont la voix chaude de Scott Matthew
accompagnée par un arrangement piano-ukulele-violoncelle fait des merveilles.
L’album se poursuit dans l’émotion avec le magnifique single « White
Horse », chef-d’oeuvre intemporel d’émotions et de simplicité. Ce qu’il y a
de bouleversant avec Scott Matthew, c’est à quel point sa musique a évoluée
et été marquée selon le cours de sa vie et de ses drames: il y a deux ans il
a été agressé dans la rue à New-York. Il n’est pas sorti indemne de ce
drame, puisqu’il s’est blessé gravement aux doigts. Cet handicap l’a poussé a
utiliser le ukulele, car il ne pouvait plus profiter de sa dextérité à la
guitare.

Ce changement de cap musical apporte même une originalité à sa
musique, car le ukulele est rarement utilisé dans des musiques aussi
émouvantes. Malgré l’univers folk mélancolique de Scott Matthew, on trouve
tout de même quelques notes de réconfort avec « Community » et
« Thistle » qui empruntent un chemin plus pop et joyeux que le reste de
l’album.
Avec ce deuxième album, Scott Matthew parvient à nous faire vivre des
émotions fortes et des ambiances délicates à travers sa musique. On peut
regretter une certaine impression de répétition dans les morceaux, mais
l’ensemble reste tout de même de très bonne facture. Si vous souhaitez voir
l’artiste en live, rendez-vous cette été à Montreux où il jouera le
mercredi 15 juillet au Miles Davis Hall en première partie de Anthony and The
Johnsons
.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page