mercredi , 24 juillet 2019
Home » Chroniques CDs » The Decemberists

The Decemberists

The Hazards Of Love


Superstars indie aux Etats-Unis et toujours aussi anecdotiques chez nous, mis
à part pour quelques spécialistes convaincus, The Decemberists ont à nouveau
réussi à nous livrer une œuvre de qualité supérieure. Entre Ben Folds et
Belle and Sebastian
, une fine touche country, des guitares abrasives, de la
grandiloquence en plus et une voix reconnaissable entre mille, THE HAZARD OF LOVE et ses dix-sept morceaux annoncent rapidement la couleur et le niveau
élevé. L’institution Decemberists est bien huilée, rien ne dépasse, aucun
élément n’est de trop et il ne manque rien non plus. La maîtrise est totale
et impressionnante à entendre. L’entier de l’album est réalisé en structure
lyrique polyphonique (mais rassurez-vous, personne ne chante en même temps) :
deux hommes et deux femmes, William est sa mamam la reine, son amoureuse
Margaret et un méchant homme qui la kidnappe.

Le reste du l’histoire, à vous
de la découvrir à l’écoute de cet album. La structure narrative apporte
énormément à la musique, à ses variations et aux différents styles
qu’elle embrasse. Les chœurs également sont parfaits, rien n’est à jeter
sur cette heure divisée en dix-sept petits chapitres. Il serait trop
prétentieux d’appeler cela un opéra rock, malgré le fait que des morceaux
comme “The Wanting Comes In Waves/Repaid” ou “The Abduction of Margaret” nous y
poussent fortement. The Decemberists s’améliorent d’album en album et
représente l’une des meilleures formations existantes dans la mouvance
indépendante, la richesse de composition est telle qu’il est extrêmement
difficiles de trouver des équivalents. Le plus sérieusement du monde, qui
passe à côté de cette formation ne peut prétendre connaître la scène
rock.


Check Also

Defeater

Et bien voilà, je me retrouve un peu sec à l’idée de vous parler du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.