Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs (page 209)

Archives de catégorie : Chroniques CDs

Souscrire au flux

Ärtonwall

Naïve needs pourrait avoir été écrit par un quelconque groupe anglo-saxon que personne ne s?en étonnerait. Tant le style est équivoque. Que nenni, c?est suisse, et de surcroît vaudois. Le rock helvète fait une fois de plus parler de lui au travers d?une formation affublée d?un potentiel démesuré. Lire la suite »

Eagles of Death Metal

Comment faire connaissance avec ce charmant et impétueux Death By Sexy ? Peut-être en s?égarant volontairement quelque part dans le désert poussiéreux de Californie, avec une vieille Buick complètement pourrie, radio grésillante, volume poussé au maximum. Ou tout simplement en pleine mégalopole de Los Angeles, le rêve américain à portée de mains? Lire la suite »

The Pipettes

Voilà une formation que Phil Spector n'aurait jamais renié ! Déjà le nom, qui se rapproche tellement de The Ronnettes de par sa consonnance française (terriblement sexy pour des anglophones!) et puis trois filles, très belles et avec un look profondément vintage (mais ça se dit bobo aujourd'hui, paraît-il...). Lire la suite »

The Russian Futurists

Tout droit venu du pays des caribous, The Russian Futurists nous propose une musique pas plus russe que futuriste. Plutôt une pop ambiance seventies saupoudrée d?un bon beat et relevé par quelque procédé électronique. Lire la suite »

Kubb

Ce qui charme en tout premier lieu, c'est la voix de Harry Collier, car elle pourrait se rapprocher des vieux Radiohead... Ensuite, ce doit être ce côté pop irrésistible. Lire la suite »

Grandaddy

Novembre 2000, Grandaddy passe en concert à Fribourg. C'est l'histoire d'un type qui achète, sans le dire, un billet pour la fille dont il est tombé follement amoureux. Elle ne viendra pas et le malheureux repartira de la soirée en déchirant son entrée et fulminant contre les vicissitudes de l?existence. Le concert était parfait. Lire la suite »

Keane

Tout le monde l'attendait. Sans trop savoir à quoi s'attendre. Car le toujours difficile 2e album peut être une bonne comme une mauvaise surprise (rarement y a-t-il un entre-deux). Et les pronostics allaient bon train : le petit gros saurait-il nous faire pleurer de bonheur comme sur le premier album ? La formule piano-voix-batterie serait-elle toujours suffisante ou alors Keane aurait-il recours aux artifices électroniques ? Lire la suite »

Revenir en haut de la page