mercredi , 7 décembre 2022
Avec Universe, Sébastien Tellier tente désormais de passer sur le devant de la scène musicale internationale, après avoir été longtemps « l’homme en coulisse ». Ce multi-instrumentaliste faisait en effet partie de l’équipe de Air lors de leur tournée en 2001. Un style acoustique-électo avec une touche francophone, pensez-vous?

Sébastien Tellier

Avec Universe, Sébastien Tellier tente désormais de passer sur le devant de la scène musicale internationale, après avoir été longtemps « l’homme en coulisse ». Ce multi-instrumentaliste faisait en effet partie de l’équipe de Air lors de leur tournée en 2001.  Un style acoustique-électo avec une touche francophone, pensez-vous ? Et bien non! Voulant à tout prix éviter l’étiquette de musique commerciale, l’artiste nous propose un pot-pourri de ce qu’il sait faire, sans toutefois trouver un style propre. Le musicien enchaîne les morceaux d’ambiance ou de musique de film avec les ballades au piano. On débute donc avec «La ballade de George», un air qui accompagnerait merveilleusement un western bon marché suivit de «La ritournelle», le morceau qui l’a fait connaître. Viennent ensuite «Dixi», une parfaite bande sonore pour une publicité de soda, puis quelques  ballades ; «La Dolce Vita» ou «Universe» qui font penser aux premiers refrains de Roch Voisine… «Broadway » nous emmène finalement sur les traces de Air, avec une influence plus marquée sur les morceaux «Fantino» ou «Classic». Et finalement, «Bye-Bye» dévoile enfin la voix suave de ce jeune Parisien, mais ne parvient toutefois pas à convaincre.
Au final, ce mélange fatigant a un arrière-goût de désuet, à l’image de la pochette du CD, qui même dans les années 80 aurait eu l’air ringarde. L’homme n’est pas dénué de talent, mais peine à trouver sa voie.

Check Also

Meshuggah est (in)Immutable

TRASH METAL – Meshuggah produit peu mais de la qualité. Carré comme un emballage Ikea, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *