mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Manic Street Preachers

Archives des mots-clés : Manic Street Preachers

Souscrire au flux

Manic Street Preachers

Puissance des accords, riffs accrocheurs, voix puissante, le dixième album des Manic Street Preachers s’ouvre sur It’s not War, Just the End of Love" qui sonne définitivement rock et joyeux. Oui, parce que Manic Street Preachers aborde cet opus avec joie et cela se sent à la première écoute. On retient surtout le son pop-rock accrocheur et on en redemande. A la deuxième écoute, on oscille entre l’euphorie (Hazelton Avenue) et une jolie noirceur (Some Kind of Nothingness) avec la voix d‘un Ian Mc Culloch au firmament. Les paroles sont très orientées et on sent bien que ces mecs en ont.. Musicalement parlant, of course ! "The Future Has Been Here 4ever", "Don’t Be Evil" et "Golden platitudes" sont massives et pêchues. Lire la suite »

Marvin

On se presse du côté de Marvin. Un an exactement après la sortie de THIS GOOD LIFE apparaît leur nouvel album et deuxième d'une discographie qui s'annonce grande et belle, SUPER CONSTELLATION. On se presse, mais en faisant les choses bien. La bonne affaire ? Lire la suite »

Magnolia Electric Co.

Il y a du vécu dans cette musique et dans cette voix. Magnolia Electric Co. est le groupe. Jason Molina la voix. JOSEPHINE est le troisième album d’une troupe portée autour de ce folkeux avec lequel il n’est pas vraiment facile de s’y retrouver. Jason Molina, de Lorain, Ohio, a d’abord été bassiste dans des groupes de heavy metal avant d’entamer une carrière solo. En 1996, il fonde Song : Ohia, groupe à taille variable autour de lui-même et écrira sept albums en sept ans d’activité. En 2000, Song : Ohia sortira pas moins de trois disques dans la même année ! Très rapidement, Molina sera fidèle au label Secretly Canadian (Antony and the Johnsons, Foreign Born, I Love You But I've Chosen Darkness et encore d’autres groupes merveilleusement indie). Il collaborera aussi de nombreuses fois avec l’infatigable producteur et, accessoirement, membre de Shellac, le grand Steve Albini (Nirvana, Pixies, Manic Street Preachers). Voilà pour la situation de Magnolia Electric Co. Petit historique indispensable, car le groupe gagne à être connu. Lire la suite »

Manic Street Preachers

Un faciès de jeune garçon victime de la peste: une peinture bien morbide réalisée par l'artiste Jenny Saville, protégée du plus grand marchand d'art contemporain: Larry Gagosian. Eh bien, cette oeuvre, appelée Stare et peinte entre 2004 et 2005 a été choisie par Manic Street Preachers pour illustrer la pochette de leur dernier album, JOURNAL FOR PLAGUE LOVERS. une phrase de George Bernard Shaw frappe notre regard une fois le boîtier ouvert: « Une vie passée à faire des erreurs n'est pas seulement plus honorable, mais également plus utile qu'une vie passée à ne rien faire ». Voilà voilà. Difficile dès lors d'appréhender l'écoute de ce disque sans être marqué par ces deux démonstrations tant picturales que littéraires. À notre grande satisfaction, les Manics n'ont rien perdu de leur énergie et de leur verve, ni de leur veine poétique non dénuée de charme. Fidèles à leur style, ils savent qu'ils n'ont pas besoin de changer. En ressentent-ils la nécessité? Lire la suite »

Hommage

Même s’ils sont depuis bien longtemps déjà l’un des groupes de rock préférés du public anglais (à une exception près, tous leurs albums depuis 1993 se sont classés dans le ... Lire la suite »

Stereophonics

A moins d'une heure de rentrer sur la scène du Caribana, les Stereophonics nous laisse partager avec eux l'ambiance du festival et de leur tournée de Pull The Pin, leur dernier album. Javier Weyler, batteur, nous confie ses impressions sur le groupe et la tournée. Par la suite, le groupe se livrera à un show incroyable au volume sonore maximal. Lire la suite »

Marvin

Cette fois, ça y est, le premier véritable album de Marvin est sorti. Depuis le 15 février, This Good Life est dans les bacs. Un 12 titres attendu presque comme le messie pour tous ceux qui avaient déjà repérés en 2004, lors de la sortie de leur premier single, ces quatre fribourgeois dans le vent et leur pop mi-cheddar mi-emmental. Ça valait bien quelques questions à Mike Blue, le bassiste et Stefan Pink, chanteur-guitariste-compositeur. Lire la suite »

Manic Street Preachers

Depuis des années, chaque fois que Manic Street Preachers sort un album, Nicky Wire évoque un retour aux sources du groupe. À ce punk contestataire qui a fait leur succès dans les années nonante. Celui de Generation Terrorists. Les fans attendent, souvent déçus par les deux derniers opus, Lifeblood (2004) et Know your ennemy (2001). Ils peuvent toujours attendre. Avec Send Away The Tigers, leur neuvième album, c'est encore raté. Les Manics ont le cul entre deux chaises. D'anciens punks qui cherchent à conquérir un public FM. Lire la suite »

Marvin

Cela fait déjà quelques temps que ce nom nous est connu. En effet, c’est en 2004 que sort leur premier single "Holiday" qui fut immédiatement repéré par les radios. Ce ... Lire la suite »

Revenir en haut de la page