vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » The Hives au Montreux Jazz Festival

The Hives au Montreux Jazz Festival


LAB, Montreux Jazz Festival (CH), mardi 16 juillet 2013

REVIEW - Curieux mélange des genres ce mardi au Montreux Jazz LAB ! Alors que le public était venu sautiller sur le revival punk des suédois de The Hives, Mark Lanegan inaugure la soirée avec un rock sombre et torturé. Les spectateurs ont reçus une leçon de rock'n'roll en deux temps.

Mark Lanegan est un peu le Nick Cave américain. Ce songwriter distille depuis le début des années nonante déjà un rock sombre et classieux en solo. Il est également connu pour ces multiples collaborations, avec entre autre Josh Homme sur tous les albums des Queens of the Stone Age depuis le mythique RATED R en 2000. "A Song for the Dead" ou encore "God Is in the Radio", c'est lui ! Du lourd donc pour entamer cette soirée sous les meilleurs auspices. Sorti au début 2012, son album BLUES FUNERAL se distingue de ces prédécesseurs par un recours accrus aux sonorités électronique. On lui préfèrera ces premières productions tel FIELD SONGS. Le concert s'ouvre sur "The Gravedigger's Song", de loin l'un des morceaux les plus glauque de l'américain, dont la rythmique n'est pas sans rappeler un certain groupe de stoner susmentionné. L'univers de Lanegan est d'une sobriété déconcertante, tant sur le plan vestimentaire, qu’au niveau de sa prestance sur scène ou du lightshow. Pour ce qui est de ses éventuelles addictions, on laisse chacun en juger. Quel contraste avec le groupe suivant. Mark déroule un set impeccable où se mélangent anciens et nouveaux morceaux ainsi que quelques reprises. Magnifique artiste malheureusement desservi par un grand écart de programmation. En effet si les deux groupes de la soirée sont étiquetés rock, ils ne cohabitent pas dans le même hémisphère. Pas certain que le public des Hives aient apprécié le songwriter à sa juste valeur.

C’est donc une demi-heure après le bal des roadies pour débarrasser du plancher les affaires de Lanegan et installer le décor lumineux des Hives que vos fidèles serviteurs reprennent place dans la salle, la panse soulagée après un magnifique poulet Tandoori au bord du lac et un rhum coca de circonstance au bar brésilien du festival… 22h00, le show des Hives débute. Le public n’a pas l’air encore vraiment « chaud »… Pourtant, dès l’apparition sur les bords de la scène des roadies déguisés en ninja, la foule se rapproche et acclame le groupe.

The Hives est un groupe de garage punk suédois qui fête cette année ces 20 ans d’existence. Depuis leur début à Fagersta, dans la campagne éloignée de Stockholm, le quintet emmené par le chanteur Per Almqvist a fait du chemin ; 6 albums et autant de singles ainsi que 3 EP. Le dernier album LEX HIVES est sorti en 2012, 5 ans après le célèbre « The black and white album ». Habitués aux salles scandinaves, ils ont conquis les amateurs de rock énergique européens et sont aujourd’hui demandés sur les scènes des festivals de l’été les plus prestigieux ; entre autre le Rock Am Ring, Les Vieilles Charrues et bien sûr le Montreux Jazz Festival.

C’est dans leurs costumes traditionnels que l’excentrique chanteur et ses acolytes les deux guitaristes Nicholaus Arson et Vigilante Carlstroem, le batteur Chris Dangerous et le bassiste Matt Destruction entrent sur scène et saluent le public avec un « Bonsoir mes amis suisses ». Puis se lancent pour une heure et demie d’un concert de fou durant lequel les amplis n’ont cessés de saturer ! Sans mise en bouche, les suédois balancent "Come on" puis "Main Offender". L’ambiance du LAB chauffe soudainement et les premiers pogos naissent proche de la scène. C’est ça qu’on aime à Montreux, c’est ce mélange de style et de public. Sting joue dans la salle d’à côté, en même temps que les Hives. Et il n’y a qu’à Montreux où on peut voir des dames bien sapées, avec hauts talons, sautiller dans tous les sens et se lâcher… au diable le brushing !

Puis deux chansons du nouvel album LEX HIVES terminent de mettre en trance les premiers rangs et transmet la contagion du slam vers le milieu de la salle. Ca bouge, ca sonne bon le rock sixties-seventies et le public en redemande ! C’est ensuite une déferlante rock qui s’abat, ils sont déchainés sur scène. A ce demander si le batteur Chris et le bassiste Matt vont terminer le concert encore des nôtres tant ils se lâchent ! Enfin un peu de répits et on retrouve des rythmes moins endiablés avec "Won’t Be Long", "Walk Idiot Walk".

On commence à voir ressortir les premiers « first row » qui s’extirpent de la foule, détrempés de  sueur et rassasiés. Histoire de terminer en beauté, les agités suédois nous offrent "Hate To Say I told You So" et une puissante "Tick Tick Boom" en guise « got natt » (bonne nuit). Une ambiance incroyable du début à la fin du concert avec un groupe qui a assuré ! On se réjouit de les retrouver pour une autre scène.

Après plusieurs dates en France, les Hives sont donc passés par la Suisse pour enflammer le Montreux Jazz Lab (ex Miles Davis Hall). Loin de l’ambiance feutrée et jazzy que l’on serait en droit d’attendre à Monteux, le groupe s’est donné à fond et fait du bruit, beaucoup de bruit. Ils ont mis le feu au « Lab» et ont offert une véritable cure de jouvence au public éclectique ainsi qu’à vos serviteurs.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page