Immolation

Immolation déboule avec un "Kingdom Of Conspiracy" du plus bel effet: voix caverneuse, riffs ultra lents, grosse caisse en boucle, basse à fond les ballons. Que demande le peuple ? De la violence, du sang, de l’alcool comme s’il en pleuvait. Ça tombe bien, à l’heure des 25 ans de carrière, le groupe décide d’asséner une performance digne de "Domination" et si les new-yorkais officient une fois encore, dans la veine de leurs homologues de Suffocation, batterie rapide, riffs lents et lourds, on retrouve la patte hyper caverneuse de Ross Dolan (chant/basse) qui emmène véritablement le groupe dans des contrées ultra-glauque. Qu’on se le dise cet emblématique monsieur du brutal, porte le groupe.

Les choses ne s’arrangent guère lorsqu’on écoute "Keep the Silence" et son riff entêtant qui nous fait penser à du Morbid sans pour autant copier les floridiens. Le son est compressé sans être artificiel pour autant. La rigueur avec laquelle les grattes s’accordent à la batterie fout le bourdon. C’est propre mais ça groove ! Putain, New-York mec !

À écouter d’urgence !

Check Also

Meshuggah est (in)Immutable

TRASH METAL – Meshuggah produit peu mais de la qualité. Carré comme un emballage Ikea, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.