mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Iron

Archives des mots-clés : Iron

Souscrire au flux

Deep Purple

Alors que Jon Lord (claviériste et co-fondateur de Deep Purple) nous a malheureusement quittés, une annonce de taille a été faite ces derniers jours. En effet, un album hommage au groupe intitulé ... Lire la suite »

My Little Cheap Dictaphone

Et pourtant My Little Cheap Dictaphone (MLCD) n’est pas un groupe de nouveaux-nés, le groupe a plus de 10 ans d’expérience et THE TRAGIC TALES OF A GENIUS est déjà leur troisième album. Les fans du début seront peut-être un peu étonnés de cette direction artistique, mais le résultat final est plutôt pas mal. Mais d’abord, c’est quoi de l’opéra rock ? Bonne question, la réponse d’un célèbre site de références vous répondra qu’il s’agit « d’un album de rock dont les morceaux constituent la trame d’une histoire ». L’histoire qui nous concerne aujourd’hui est celle d’un musicien talentueux rattrapé par ses propres difficultés et qui se bat pour ne pas sombrer Lire la suite »

Iron & Wine

D’emblé, on devine où sont les priorités d’Iron and Wine : la mélodie et le son. Commençons déjà par la mélodie. Là ou certains composent sur les riffs, d’autres jouent sur les rythmes, on se retrouve sur une fabrication artisanale, à l’ancienne : d’abord la mélodie, harmonisée de manière assez élémentaire sans pour autant rentrer dans les sentiers battus. Et ça, c’est remarquable ! Jugez en écoutant des titres comme "Godless Brother In Love". Là où d’autres artistes auraient échoués en sonnant « déjà entendu », Iron and Wine se distingue par des mélodies chantantes assez simples, mais toujours subtiles et délicates, harmonisés en quelques accords facilement déchiffrables à l’oreille. Et pourtant ca marche très bien. Lire la suite »

Tweak Bird

Ah… comme ça fait du bien d’entendre ce premier effort de Tweak Bird. N’y allons pas par quatre chemins, cet album du duo américain nous ravit du début à la fin. Le problème c’est que ça nous ravit que 27 minutes et 38 secondes. Ca change du dernier Iron Maiden et ses 76 minutes. Voyons tout de même le bon côté des choses, c’est un album qui s’écoute en boucle et qui passe bien à toute heure de la journée. Tweak Bird est donc un duo de frangins, Messieurs Caleb et Asheton Bird qui nous viennent de Carbondale en Illinois. Un duo batterie-guitare comme on l’a déjà vu avec les Whites Stripes, les Black Keys ou encore les Blood Red Shoes. Et l’influence stoner, blues ou garage de ces duos se retrouve aussi chez nos deux frangins Lire la suite »

Thee Silver Mt. Zion

Tout débute un peu comme une BO de Deadman de Neil Young, quelques notes de gratte erratiques avant qu'un violon mélancolique vienne rejoindre le chant sur cette longue dérive hasardeuse qu'est "There Is Light". Un violon ? Que dis-je ? Très vite c'est un ensemble de cordes qui viennent épauler le chanteur qui a l'air bien à la peine pour rester juste, comme sur tout le reste de l'album; il ne quitte ni la cuisine dans laquelle la voix semble avoir été enregistrée, ni, surtout, le fil du rasoir sur lequel il pose continuellement sa voix désespérée. Lo-fi épique ? Après tout pourquoi pas, on n'est plus à un sous genre prêt dans le rock. Estimant sans doute que la fin du morceau risquait fort de dérailler sérieusement s'ils ne trouvaient pas un subterfuge à ce chant peu agréable, nos amis décident d'ajouter quelques choeurs féminins; malheureusement, le tout fait plus cache misère qu'autre chose car notre homme y tient, il braillera comme un ado devant la glace de sa salle de bain sur du Tokio Hotel jusqu'à épuisement du long quart d'heure que fait le morceau. Lire la suite »

Nancy Elizabeth

La Britannique Nancy Elizabeth (Cunliffe, de son vrai nom) sort un nouvel album folk, disponible dès octobre : WROUGHT IRON. Il s’agit d’onze morceaux où la voix et le piano dominent. Le single "Feat Of Courage", construit rythmiquement à l’aide d’un thème vocal, laisse apparaître des sonorités agréables empreintes d’exotismes. Entraînant et répétitif, je regrette presque qu’il ne dure que 2min52s. Malheureusement, je ne peux pas en dire autant du premier morceau, celui-là même qui ouvre l’album et qui est censé me donner l’envie d’écouter la suite (de toute façon, envie ou pas, j’ai bien été obligée de le faire). Car "Cairns" propose exactement 1min15s de piano solo extrêmement simpliste et basé sur un motif récurrent. Puis, à précisément 1min16s, mon oreille perçoit des vagues de voix suaves (celle de Nancy Elizabeth superposée) mais lassantes qui viennent orner la structure motivique du piano. Ce premier morceau est donc ennuyeux, ennuyant, peu dynamique et trop rudimentaire à mon goût. Je me réjouis du second morceau "Bring On The Hurricane » où la voix chaude de Nancy Elizabeth demeure, toutefois cette dernière est accompagnée d’une guitare folk et de percussions puis, à la toute fin des chœurs, qui stimulent mon écoute. Lire la suite »

Revenir en haut de la page