Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Ian Curtis

Archives des mots-clés : Ian Curtis

Souscrire au flux

Crocodiles

  En première partie, les Fribourgeois de Mrs Burroughs, duo qui jongle entre basse, guitare, boîte rythme et synthé retro. Un timbre de voix très proche de Ian Curtis, avec ... Lire la suite »

UNKLE

Cinquième album du projet UNKLE, né dans la tête des producteurs James Lavelle et Tim Goldswort. Where Did The Night Fall met à l'honneur, au niveau des têtes d'affiche, The Sleepy Sun, The Black Angels, Big In Japan ou encore Mark Lanegan. Loin d’un album à concept, les multiples collaborations de UNKLE auraient pu donner lieu à d’aussi multiples galettes. A peine s’habitue-t-on à une voix et à l’énergie dégagée qu’il est déjà temps de s’en séparer et de passer au suivant... Trop de featurings tueraient-ils le featuring ? Et bien non, au final, on reste dans cette ambiance un peu poussiéreuse et futuriste. Pour le meilleur… aussi déstabilisant soit-il. De l’électronique tranquile à écouter chez soi, au lit ou bien installé dans son canapé. Pour voyager, dans le train aussi, un son tout en beauté. Pas de Thom Yorke ni de Ian Brown cette fois, UNKLE semble s’être reposé sur l’instinct quant aux guests invités. Par choix ou par dépit, peu importe, ça colle. On peut néanmoins détacher deux courants : les voix féminines et celles masculines, apportant des couleurs totalement différentes. On ouvre - faisons abstraction de l’intro - avec "Follow Me Down", avec les Sleepy Sun. A en faire pâlir Björk de jalousie. Ajoutons à cela des sonorités indiennes pour plus d’exotisme et on obtient un assemblage superbe. Autre titre, autre univers avec "Joy Factory" feat. Autolux. Plus aérien, à la Massive Attack -qui surfent d’ailleurs sur la même vague mais se sont violemment ramassés il n’y a pas si longtemps avec leur dernier album. Passons… Lire la suite »

The Horrors

Evoquer le spectre et écueil de la new-wave est barbant, ne pas le faire relève d’un manque de perspective ou de la paresse. Dans cette optique, s’exprimer sur le second album des Horrors est à double tranchant. PRIMARY COLOURS : le plus bel hommage qu’on puisse faire tant à Joy Division qu’Echo and The Bunnymen, ou simple pitrerie sans cœur ni âme d’un groupe de notre décennie escargot ? Lire la suite »

Editors

Confirmant le retour en force de la musique new-wave initié par des groupes comme Interpol, Editors mène désormais la danse dans le bal des fantômes qui fut ouvert à la fin des années 70 par des groupes comme Joy Division, Echo and the Bunnymen ou Chrome. Lire la suite »

The Wombats

On ne sait plus que faire de tous ces groupes brit-pop bon ton qui sortent chaque année. The Wombats, un de plus ? Oui et non. Vingt-huit ans après la disparition de Ian Curtis qui chantait de sa voix basse et mythique Dance to the radio dans la non moins mythique "Transmission", les Wombats rendent hommage à Joy Division en chantant gaiment "Dance to Joy Division". Lire la suite »

These New Puritans

Et si pendant les années 80 il y eut malgré tout de bonnes choses? Et si les corbeaux avaient finalement laissé quelque digestif aux générations futures? Et si les années 80 finalement n’étaient pas si horribles, et que les immondes épaves telle que Indochine n’étaient finalement qu’un mauvais souvenir? Lire la suite »

Revenir en haut de la page