mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Printemps de Bourges

Printemps de Bourges

Bilan du festival


Cette année Bourges célébrait la 36ème édition de son printemps, festival majeur dans l'hexagone. L'absence de têtes d'affiches comme le Berry a pu en voir défiler les années passées a vite été justifié par les organisateurs : la crise est pour tout le monde, et cette année le festival sera encore plus axé sur les découvertes. Pari gagnant ? Dressons le bilan l'édition 2012 du Printemps de Bourges…

Pour bien visualiser les choses, commençons par dresser la liste des différents lieux accueillant le festival.

Six salles recevaient des concerts payants :
-La scène majeure est abritée par le Phénix, un chapiteau pouvant recevoir jusqu'à 8000 personnes.
-Le palais d'Auron, une configuration semblable à un Zénith avec une capacité de près de 2500 places.
-Le 22 Est, une petite salle de 350 places.
-Le 22 Ouest, dans les mêmes locaux que le 22 Est et avec la même capacité.
-L'Auditorium
-Le théâtre Jacques-Coeur

Quatre scènes gratuites en plein air :
-La scène Crédit Mutuel
-La scène Région Centre
-La scène Pression Live
-La scène SFR Jeunes Talents

Afin de resituer les événements, nous allons relater jour par jour les concerts principaux, et surtout ceux qui sont en phase avec l'esprit de Lords of Rock !

Mardi : Premier jour de festival et peu de concerts, une dizaine seulement. Sur la scène du Phénix, la chanteuse burlesque GiedRé ouvre le bal, affublée de sa traditionnelle robe vintage et entourée de son décor printanier. La franco-lituanienne enchante le public avec ses textes légers mais remplis d'humour noir. Soirée réussie pour elle.

Mercredi : Le rock prend place dans le Berry, Revolver, Izia, Dionysos et Shaka Ponk sont à l'affiche sous le Phénix, tandis que Frànçois and The Atlas Mountains se produisent au Palais d'Auron. Le chapiteau est à moitié plein lorsque Revolver arrive sur scène. Le trio enchaîne ses chansons phares comme « Get Around Town », « Balulalow » ou des plus récentes comme « Wind Song ». Puis vient le tour d'Izia, amoureuse du festival qui lui a donné le déclic pour sa carrière. Le public venu en masse acclame la jeune parisienne tout au long de son show. Dionysos emmené par Mathias Malzieu prend le relais et enflamme littéralement les 8000 personnes présentes, notamment lors du finish sur « Cloudman ». Le leader tombe le haut et se laisse emporter par le public. Il est déjà 23h et c'est Shaka Ponk qui clôture cette deuxième journée. Comme à son habitude, le singe Goz est présent sur l'écran tout au long du concert. L'ambiance est électrique, le public reprend chaque chanson, de « Palabra Mi Amor » à « How We Kill Stars » en passant par « Let's Bang ». Le chanteur n'hésite pas à se jeter dans la foule et à se faire trimbaler à traverse toute la salle. Il est minuit passé, la soirée se termine.

Jeudi : Tandis que le public du Phénix se délecte du concert de Sallie Ford & The Sound Outside, et que la soirée rap débute au Palais d'Auron, c'est sur une des scènes gratuites qu'il faut aller. Les solos de guitare de Clock'N Works mettent toute le monde d'accord, mais c'est surtout Success qui met le feu ce soir. Certainement une des révélations cette année, le groupe emmené par un chanteur survitaminé nous offre un ElectRaw Power électrisant pendant près d'une heure, en ponctuant par leur tube « S.U.C.C.E.S.S ». Notez que leur premier album « Social Network Junkies » est prévu pour le 28 mai prochain.

Vendredi : La pop est à l'honneur au 22 aujourd'hui. Les énergiques Hyphen Hyphen, un combo entre MGMT, Vampire Weekend et Two Door Cinema Club jouent en début d'après midi et envoûtent la salle bien remplie malgré l'horaire. Puis dans la soirée, les groupes Friends, Citizens! et Django Django assurent le show.

Samedi : La Rock'N Beat Party, la série de concerts attendue par beaucoup aura lieu ce soir. En attendant 20h, nous décidons d'aller faire un tour au concert de Slide On Venus, dont nous vous parlions ici. Agréable surprise à l'arrivée puisque ces quatre jeunes réalisent une prestation de qualité, avec un son rappelant par moments celui des Queens Of The Stone Age. L'heure est venue pour la Rock'N Beat Party. Les canadiennes de The Pack A.D. montent sur la scène du Phénix à moitié plein, on dirait bien que le public connait à peine ce groupe : « Ah, enfin du bon rock français ». Seulement quarante minutes de riffs pour les deux excellentes musiciennes, mais quel concert ! Avec un duo batterie/guitare se rapprochant des White Stripes, le public s'enflamme sur « Sirens » et « Haunt You ». Il est 21h et les frenchies de Skip The Use débarquent. Dès le premier morceau le public s'emballe. Le chanteur, Mat Bastard, se remue dans tous les sens et électrise les 8000 spectateurs que ce soit sur « Ghost » ou sur « Give Me Your Life ». L'ambiance n'a pas le temps de retomber puisque dès la fin de Skip The Use, les déglingos de Dope D.O.D. s'emparent du Palais d'Auron plein à craquer. Véritable OVNI de la soirée, ce trio hollandais mélangeant hip hop et dubstep réussi à rétourner complètement la salle. Le reste de la soirée paraît terne quand on est amoureux du rock, Yuksek, C2C ou encore Birdy Nam Nam sont au programme. Fini le rock donc, le « beat » prend place. Le temps est donc venu de retourner là où les riffs nous appellent, c'est The Cosmic Plot qui nous interpelle : « On va commencer et on fait de la musique ». La clôture des scènes gratuites est donc assurée par ce petit groupe blésois.

Au final, malgré un manque évident de poids lourds et une semaine entachée par la pluie, le Printemps de Bourges a tout de même fêté dignement ses 36 ans. L'affluence était certes en dessous des années précédentes, mais la qualité des artistes présents a tout de même réussit à ravir le public présent dans la capitale berrichonne. A l'année prochaine !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page