Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Shaka Ponk

Shaka Ponk

The Geeks And The Jerkin' Socks

Label: Guess What / Disques Office

ELECTRO-PUNK-ROCK - Impossible d'avoir passé l'été sans avoir vu un concert ou entendu un titre des Shaka Ponk à la radio. Le groupe est revenu en force avec un troisième album et avec toujours autant d'énergie... voire plus...

Sans se mentir la première écoute est décevante. On peut se demander où est passé l'esprit shaka ponk, et si cet album ne serait pas une régression. Moins d'originalité peut être ?  Feront-ils partis de la catégorie indénombrable des artistes qui s'épuise de leur essence avec le succès? Bon, on aimait bien les derniers albums et vu l'ampleur de leur tournée précédente (paléo, solidays…) on se dit qu'ils méritent bien qu'on l'écoute une deuxième fois. Chose faite, et sans regret car toute la  musicalité et l'énergie ressort enfin. Finalement aucune déception, plus l'album tourne, plus on découvre le nouveau-né et ses nouvelles idées musicales. Certes il est différent du reste, mais est-ce vraiment un mal? On oublie l'aspect tribal voire parfois oriental qu'on entendait dans HELL’O en 2006 et on laisse place à quelque chose de nouveau qui ne ressemble à rien d'autre. Ce qui différencie cet album des anciens c'est essentiellement la lourdeur des guitares et la rage énergétique d'autant plus présente. Déjà l'album BAD PORN MOVIE TRAX sorti en 2009 faisait fureur avec "French Touch Puta Madre" ou "Te Gusta Me" qui virait presque métal. Cette fois, c'est l'album dans son ensemble qui reflète cette énergie. On retrouve bien entendu les particularités Shakaponk : des accents franco-anglo-espagnol, des effets informatiques sur les guitares, des synthés très présent et surtout des rythmes très soutenus. THE GEEKS AND THE JERKIN’ SOCKS tourne plus vers un rock profond, danse et parfois même vers un punk déchainé. Les musiciens se laissent parfois emporter par la nostalgie de BAD PORN MOVIE TRAX, certains aspects frappants apparaissent comme pompés : les chœurs de "How We Kill Stars" et de "I'm a Lady" sont étonnement ressemblants. On ne peut cependant pas leur en vouloir, ils restent eux même et quand ça marche pourquoi s'en priver ?

 

 

Le duo avec Bertrand Cantat "Palabra Mi Amor" est une réussite, comme si l'ex chanteur de Noir Désir ressurgissait de ses cendres avec un besoin ardent de sortir ses tripes, sans aucun doute l'équipe Shaka Ponk y a trouvé son compte.

La chanteuse, assez en retrait précédemment prend une place plus qu'importante dans cet album car elle assure à la voix lead dans plusieurs morceaux comme "Sex Ball" ou "Brunette Localicious". D'ailleurs on remarque que les deux chanteurs occupent la scène de manière égale. En bref, un tas de surprises de leur part. C'est un album qu'il faut prendre le temps d'écouter.

 

En tous les cas ces mecs là (désolé pour la chanteuse) ont tout compris. Ils ont la patate, ils ont la jeunesse, le talent, l'idée, le visuel et un sacré jeu de scène qui les met vraiment dans le top 3 des groupes qui marqueront l'histoire du rock français des années 2000. Au fait, qui sont les 2 autres ?

 

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page