Home » Chroniques CDs » Pink Mountaintops

Pink Mountaintops

Outside Love


« Toutes les personnes que j’aime ont droit à des vacances ensoleillées, presque tous les jours, car je les aime. Les adolescents rôdeurs sont le chemin vers la voie lactée, atteignant de leur œil lumineux les cieux, ne laissant jamais les impropres se venger cruellement. Quelle est la profondeur de ton amour abyssal? » Extrait d’un des textes du nouvel album de Pink Mountaintops, OUTSIDE LOVE. Pour situer un peu le groupe Pink Mountaintops, il est en quelque sorte le projet parallèle de Black Mountain, les deux sous la direction de Stephen McBean sans qu’il y ait vraiment de groupe principal et de groupe de seconde zone. Le premier étant un peu plus psychédélique que le second. La première chose qui me paraît importante dans cet album est la qualité particulière accordée à la production. On a l’impression  que chaque instrument a été trait jusqu’à son maximum, jusqu’à que cette pauvre vache asséchée succombe de son manque d’hydratation. Cela donne l’impression d’un son extrêmement dense et fourni, ce que qui accentue le côté psychédélique à ce disque et rend son écoute relativement intense ! Pourtant, il me semble que ce trop grand regard accordé à la production fait perdre un peu de charme à cet album, un peu comme une rousse qui se serait teint en blonde, n’assumant pas ses poils impétueux. Je pense qu’il aurait gagné en séduction en étant enregistré d’une manière un peu plus garage, un peu plus crade. L’immortel combat en l’érotisme et la pornographie en quelque sorte.

Les voix sont très joliment travaillées dans leur espoir de scander un dizaine de chanson à l’amour, sorte d’infime recueil de poésie musicale. Il y a une très belle cohérence entre la voix de Stephen McBean – un homme- et Sophie Trudeau – une femme. La manière dont ces deux voix se complètent est très agréable. Il en va de même quand ils sont accompagnés par des chœurs. Cette impression est facilement décelable en écoutant la première chanson de l’album, “Axis : Thrones of love”. Chanson qui explique également la ligne conductrice de cet album.

 

Le deuxième titre, “Execution”, est comparable à une sorte de fusion improbable entre une chanson à la Adam Green remixée par la griffe de Bruce Springsteen (pour la batterie principalement) et chantée par deux chanteurs de musique country. Ce côté country est récurrent dans cet album, ce qui n’est pas une surprise majeure vu qu’il est très présent dans le groupe Black Mountain. Cet album est à écouter lorsque vous vous rendrez compte que la mémoire de l’homme, principalement la mémoire à moyen et long terme, lorsque les perceptions sensitives ont été filtrées par elle, est un outil qui vise constamment l’optimisme. La mémoire oublie sans cesse les souvenirs sensitifs désagréables et se construit sur une espèce d’idéal imaginaire.    


Check Also

Toybloïd – MODERN LOVE

Avec MODERN LOVE, le deuxième album du trio mené par Lou (guitare, chant) et Madeleine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.