Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Cursive

Cursive

I Am Gemini

Label: Saddle Creek / Irascible

ROCK ALTERNATIF – Avec I AM GEMINI, Cursive pousse l’album conceptuel à son paroxysme. Mise en scène complexe d’une kyrielle de personnages, paroles ultra métaphoriques, expérimentation des limites mélodiques de leurs instruments, rien n’a été oublié pour faire de cet album un ovni difficilement classable et, malheureusement, difficilement écoutable.

Pour leur septième opus, le groupe du Nebraska a poursuivi sur sa lancée des albums conceptuels, soit un thème, une histoire étalée sur tout un opus. Les treize titres d’I AM GEMINI racontent l’histoire de deux jumeaux, Castor et Pollock, l’un bon, l’autre mauvais, qui se retrouvent dans une maison. Pour comprendre l’entier de l’histoire, il vaut mieux se référer aux multiples pages du livret qui ressemble plus à une pièce de théâtre qu’à un recueil de paroles. Dualité, schizophrénie, les thèmes étaient suffisamment intéressants pour que les paroles soient de véritables perles. Mais à force de les peaufiner, Tim Kasher, le leader des Cursive, les rend inaccessibles.

Mais, après tout, I AM GEMINI est un album de musique et non un texte, et il faut donc voir ce qu’il vaut sur le plan mélodique. Le premier titre, "This House Alive", est de bon augure avec une introduction calme progressivement balayée par un riff de guitare. Malheureusement, les morceaux suivants ne continuent pas sur cette lancée. Poursuivant le thème de la dualité sur le plan musical, Cursive tente à la fois de faire une musique plus joueuse et plus déconstruite. Le résultat n’est pas probant : les guitares étouffent la voix qui est plus criée que chantée et les mélodies sont pauvres, soit parce qu’elles sont peu travaillées ou inversement tellement ciselées qu’il n’en reste rien. "The Sun And Moon" part bien, léger et rafraîchissant jusqu’à ce que Kasher monte dans les aigus et que la mélodie soit brisée. A l’opposé, "Wowowow" affiche dès les premières notes des rythmes excités, complexes et des cris submergeant l’auditeur. Histoire de saturer encore un peu plus leur album, Cursive rajoute même des chœurs sur certains titres comme "Gemini" ou  "A Birthday Bash". I AM GEMINI se clôt sur l’épique "Eulogy For No Name" avec ces demi-tons discordants et son avalanche de sons différents.

 

 

Cursive a tenté l’exercice de style, difficile, de l’opéra punk rock. Malheureusement, I AM GEMINI ne contentera que les fans de la première heure qui se sont progressivement habitués à la dérive conceptuelle du groupe. Pour les autres, cet album reste un inclassable difficile à aborder peut-être parce que trop égocentrique pour être abordable.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page