lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Michael Stipe

Archives des mots-clés : Michael Stipe

Souscrire au flux

Dolorean

Pour les références, les ressemblances artistiques et les inspirations, on dit qu'il y'a un peu de Neil Young dans ce Dolorean, voir une dose de REM, surtout lorsqu'on parle de ... Lire la suite »

Grant Lee Philipps

L’aventure solo de Grant Lee Philipps débute en 1998 alors que celle du groupe Grant Lee Buffalo se termine après une jolie carrière. Le groupe a fait des tournées en compagnie des Smashing Pumpkins, de Pearl Jam et de REM. Michael Stipe est alors un grand fan du groupe. Mais voilà, une rupture avec Warner dissout le groupe. Grant Lee Philipps ne va pas pointer au chômage pour se la couler douce et signe rapidement chez une autre maison de disque. Depuis, il sort régulièrement des albums entre folk et country qui sont généralement appréciés. Des albums intimistes où le songwriter se livre à son public et essaie de le toucher avec de belles mélodies. Lire la suite »

Tiny Vipers

Publié chez Sub Pop, LIFE ON EARTH de Tiny Vipers détonne dans le catalogue de l’incontournable label de Seattle. Originaire elle aussi la ville de l'Etat de Washington, Jesy Fortino – de sa vraie identité - possède néanmoins une grandeur d’esprit consubstantielle aux artistes signés chez Sub Pop. Cette « Vie sur terre » d’une cinquantaine de minute ravira les fans de musique sur le fil, où l’on se prend les pieds dans le tapis par tant de subtilité. Difficile en effet d’y entrer et même de discerner les plages entre elles, entre parties absorbées de guitares, répétition soigneuse de textes, et de silences célestes. Jesy Fortino semble attendre… Il n’y a par contre rien de soporifique dans les onze morceaux des Miniscules Vipères, tout est précautionneux, mesuré et hautement contemplatif. Parfois, on distingue dans ce dépouillement un timbre proche de Michael Stipe ou de Shannon Wright, tout en gardant une approche très personnelle, entre échos et murmures. LIFE ON HEART est austère, abstrait mais porteur d’espoir dans son ensemble. Un disque oxymorique en résumé…On est loin ici d’une Soap & Skin par exemple. On y entrevoit la lumière quand la guitare de Jesy Fortino se fait plus présente, comme sur le très REM Time Takes, ou l’éponyme Life on Heart, sommet de folk sidéral. Contemplatif, parfois hanté, ce deuxième album de la jeune américaine est à garder précieusement pour y passer l’hiver prochain au chaud. Lire la suite »

Apparat

"Le rock est mort, etc.", on connaît la chanson. Si le songwriting est beau, le rock à moustache excitant, cela ne fait avancer en rien le schmilblick. Le dernier Black Rebel Motorcycle Club vous a scotché? Moi aussi (…) Lire la suite »

Revenir en haut de la page