Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Expatriate

Expatriate

Home

Pias - EMI


On a souvent parlé du rock indie en ces lignes, parfois pour en dire du bien, parfois du mal. A tort ou à raison jugeront certains. Cette fois-ci nous décidons d’en dire du bien, ce qui plaira à ceux d’entre vous qui vont entrer en 1ère année d’école d’art. Ici et parce que le lectorat aime la comparaison facile, Expatriate fait penser à The Appleseed Cast. Forte personnalité à l’appui, les quatre Australiens sont passé par cette bonne vieille Europe et par les routes US et leur musique s’en ressent : ils savent ce qu’ils font et où ils vont. HOME est un EP 4 titres haut en couleurs. Il y a d’abord “Gotta Get Home”. On est tout de suite transporté dans un pays imaginaire, des landes, le vide, le désert, des collines rugueuses comme à l’intérieur de la pochette, et tout ceci à toute vitesse, comme un film super 8, à l’apparence rugueuse lui-aussi, passé en accéléré. Mais l’auditeur est bercé, il voyage, son cœur est balancé par une rythmique quasiment constante. “Blackbird” illustre probablement le mieux la pochette: des collines de soie (probablement un drapeau?) car le contenant, éphémère, glisse délicatement sur nos tympans tandis que le contenu fait penser à l’intérieur de la pochette, mentionné plus haut : construit de guitares tranchantes, acérées, d’une frappe sûre d’elle, la basse ne fait pas que construire le rythme et poser les bases, c’est un instrument de mélodie. Et bien téméraire qui s’aventure à contrer toute cette énergie. Il y a un côté doucement pop années 80 avec “Heart Attack”. Sans les instruments, on pourrait aisément poser cette chanson sur des nappes synthétiques et obtenir un tube digne d’Alphaville ou Soft Cell. Et dans cette même veine, “Aviation At Night” commence très Depeche Mode. Mais cela ne dure que peu de temps. Toutefois, force est de constater que la basse est très présente et que le côté revival n’est jamais très loin, la face dark d’un I Love You But I’ve Chosen Darkness en moins. Ils passent quand dans nos contrées ceux-ci ?

 

Expatriate fait penser à The Appleseed Cast.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page