mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Eli Paperboy Reed

Eli Paperboy Reed

Roll With Me

Q Division


Eli Husock est un jeune type de 25 ans, natif de Boston, et grand admirateur de soul music. Avec ce second album ROLL WITH ME, il ose reprendre au millimètre près une recette éprouvée, mais hélas quelque peu oubliée. Cette recette c’est la soul. Pas forcément celle de Motown (quoique…) mais surtout celle de Stax (Otis Redding, Sam & Dave, Rufus Thomas…) ou de Muscle Shoas (Aretha Franklin, Wilson Pickett, Percy Sledge…). Dans ce très court disque, il n’y a pas un hurlement qu’on n’ait pas entendu chez James Brown, Sam & Dave, Stevie Wonder ou Ray Charles, pas un contrepoint de saxophone qu’on n’ait pas déjà croisé mille fois dans les studios Atlantic, pas une descente de toms qui n’ait pas déjà déboulé dans nos oreilles… C’est incroyable ! Même l’impression sur le CD semble être d’époque !

C’est ce qui fait l’originalité de ce disque, fabuleux bain de jouvence, aux antipodes d’une autre révélation soul, Amy Winehouse, à l’esprit plus torturé. Eli Paperboy Reed (surnommé ainsi en souvenir de son premier job, livreur de journaux) donne dans la joie, la gaité, extrêmement communicative. Les caractéristiques de ce disque en font aussi sa limite. Car la question est la suivante : que fera Eli Paperboy Reed dans ses prochains albums ? Il est forcé d’évoluer vers d’autres univers, sous peine de passer pour un habile faiseur, ou un faussaire de génie. On applaudit des deux mains son époustouflant hommage au genre, sorte d’exercice de style, sans faute. Mais il ne pourra pas continuer à singer le catalogue Stax toute sa carrière !

Laissons-le pour l’instant s’éclater avec la musique qu’il aime, qu’il chante et joue merveilleusement bien (il maîtrise aussi bien le chant que la guitare), une musique brute de décoffrage, énergique, dansante, remuante, tonitruante, renversante… j’arrête là !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page