vendredi , 16 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Vaccines

The Vaccines

Come Of Age

Label: Sony Music

INDIE-ROCK – Tout juste un an et demi après leur premier album, The Vaccines est de retour avec un deuxième disque. Pour rappel, les anglais avaient cartonnés l’année dernière et étaient régulièrement cités en tant que « groupe révélation 2011 ». Qu’en est-il de ce deuxième opus ? Verdict.

On se rappelle tous des deux singles entendus 1214 fois l’année dernière. Le langoureux et mélodieux "Post Break Up Sex" et "Wreckin Bar (Ra Ra Ra)" comparé à juste titre au surf-rock des Ramones. C’est vrai que ces petits anglais ont sorti un premier album en bêton. Des titres accrocheurs, des mélodies sympas, WHAT DID YOU EXPECT FROM THE VACCINES était un doux mélange d’indie-rock et de surf-rock avec un soupçon de post-punk. Un disque qui s’écoute facilement et promis à un avenir doré. Les concerts et les ouvertures de grandes stars (Arctic Monkeys, Arcade Fire) ont suivi et on aurait pu croire que le groupe allait « surfer » sur ce succès quelques années encore avant de repartir en studio. Que nenni, les p’tits gars de l’ouest londonien reviennent pour cette rentrée avec un nouveau disque.

 

 

Ce qui est fort appréciable dans ce COME OF AGE c’est que les gars n’ont pas essayé de refaire un premier album bis. On retrouve moins de mélodies accrocheuses, mainstream et tout ce qui va avec. Ils accentuent quelque peu la touche post-punk revival (Weirdo, Bad Moon,I Wish I Was a Girl, I Always Knew) avec des ambiances plus froides et plus lentes. Ils tentent aussi de casser leur image en mettant en scène des lesbiennes toxicomanes sur la pochette. Pourquoi pas.


Et le résultat vaut la peine. A l’écoute de cet album, on est plutôt bien dedans. Les gars nous sortent quand même des bons titres indie-rock qui déchirent comme le mirifique "No Hope" en entrée et "Teenage Icon" un peu plus loin. On remarque aussi cette appartenance anglaise qui ressort dans quelques titres qui puent (ce n’est pas péjoratif) le brit-rock à 3km à la ronde (All in Vain, Lonely World). Et en dehors de toutes ces descriptions, il y a "Aftershave Ocean" en 6ème plage qui retourne dans quelque chose de plus pop et mainstream, mais qui néanmoins vaut la peine. C’est vrai qu’une petite mélodie accrocheuse et gentillette ne fait pas de mal de temps en temps.

L’album est donc assez complet et varié, il n’y a pas de remplissage inutile. En Angleterre il est rentré directement « number one » des charts. Si parfois on aime bien dire du mal des trucs qui marchent bien, là on ne peut qu’adhérer et recommander.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page