mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Pure

Archives des mots-clés : Pure

Souscrire au flux

Counting Crows

Counting Crows, originaire de San Francisco, a déjà produit quelques chansons couronnées de succès (Mr. Jones, All My Friends, Accidentally in Love, etc.). Le groupe revient cette fois avec un ... Lire la suite »

For Against

Alors pourquoi sortir un 3 titres alors que le combo paraît suffisamment productif pour éviter ce genre de manœuvre ? En fait, BLACK SOAP n’est pas à proprement parlé une ... Lire la suite »

School of Seven Bells

Le principal problème de School of Seven Bells, c’est peut-être que sa chanteuse chante trop bien. Sa voix pure sans aspérité donne, à la première écoute, un aspect pop et mou au son du groupe. Si on ne prête pas l’oreille attentivement, ce simple obstacle donne envie de jeter immédiatement l’album. On pense même au Corrs. Si certains lecteurs, ne connaisse pas cet horrible groupe irlandais composé de trois sœurs (School of Seven Bells n’en compte que deux, des vraies jumelles) et un frère, sévissant sur la planète entre 1990 et 2005, qu’ils s’en réjouissent. Mais si on dépasse cet aspect trop lisse de la voix pour rentrer dans les chansons de ce DISCONNECT FROM DESIRE, on y découvre de nombreuses richesses et une intelligence certaine dans leur construction. L’influence shoegaze est forte notamment sur "Bye Bye Bye", qui débute par une intro au larsen des plus typiques du genre pour ensuite partir sur quelque chose de plus entrainant. Un tel mélange n’a plus rien d’étonnant depuis que le shoegaze est en plein retour de hype et que The Pain of Being Pure at Heart ont démontré qu’on pouvait encore faire des tubes shoegaze, encore plus tubesque que les originaux, en 2009. Mais contrairement à ces derniers, School of Seven Bells ne retiennent pas uniquement le côté mélodique pop de My Bloody Valentine, mais introduisent dans leur musique cette ambiance éthérée à coup de fuzz et de rythme électro saccadé. Trop beau pour être bo Lire la suite »

Tim Exile

Est-ce que l’IDM vous dit quelque chose? L’« intelligent dance music », c’est donc de la musique électronique qui a pour but de faire bouger nos hémisphères cérébraux avant de nous faire taper du pied en rythme 4/4 à 130 bpm. L’IDM refuse toute convention, parce que la musique électronique, c’est avant tout la liberté en matière de création. C’est uniquement dans cette large catégorie que l’on pourrait « classer » l’allemand Tim Exile, Lire la suite »

The Organ

The Organ est mort, vive The Organ. Un merveilleux album sorti en 2004 puis plus rien. Si ce n’est cet EP testament, Thieves. Six titres pour donner le La au silence radio. Six titres pour nous plonger dans une immense tristesse suite à la dissolution du groupe canadien alors que, malheureux hasard, sortait au même moment l’anthologie The Sound Of des Smiths… Lire la suite »

Revenir en haut de la page