Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Geoff Barrow

Archives des mots-clés : Geoff Barrow

Souscrire au flux

Paléo Festival

Paléo dévoile l’affiche d’une fougueuse 36e édition, au sommet de laquelle figurent les étoiles Jack Johnson, James Blunt, The Chemical Brothers, The Strokes, Robert Plant, Portishead, PJ Harvey, Eddy Mitchell, ... Lire la suite »

BEAK >

Le 10 février passé, le groupe Beak> se produisait au PTR de Genève dans le cadre du Festival Antigel. Un Krautrock pur, rappelant les meilleurs moments de la scène allemande de l'époque. Et pourtant, Beak> n'est autre que le nouveau (2009) projet de l'une des têtes pensantes de Portishead: Geoff Barrow. A la batterie cette fois, il s'entoure de deux acolytes de Bristol, Matt Williams et Billy Fuller pour, encore une fois, une réussite musicale absolue Lire la suite »

Primavera

Du quidam londonien branchouillé 70’s au vieux routinier du milieu, tous s’étaient donnés le mot pour cette dixième édition du Primavera. Une année anniversaire qui s’est joué à guichet fermé Lire la suite »

Bad Bonn Kilbi: le triomphe

La Kilbi, c'est déjà fini. Comme une impression que le festival fribourgeois aurait dû se dédoubler pour mieux apprécier chaque fait et geste. Où comment on ressort de cette 20ème édition totalement regaillardi par tant de bravoure et de bon goût. Un festival ne contenant que des concerts intéressants, est-ce encore possible ? Tentative d'explication. Lire la suite »

The Horrors

Sous les feux des projecteurs, les londoniens de The Horrors ont foulé les planches du génial club Le Romandie, à Lausanne. L'occasion pour Lords of Rock de rencontrer (enfin) les membres de ce quintette à la réputation dichotomique.Explications, et longue conversation s'ensuivent. Lire la suite »

The Horrors

Evoquer le spectre et écueil de la new-wave est barbant, ne pas le faire relève d’un manque de perspective ou de la paresse. Dans cette optique, s’exprimer sur le second album des Horrors est à double tranchant. PRIMARY COLOURS : le plus bel hommage qu’on puisse faire tant à Joy Division qu’Echo and The Bunnymen, ou simple pitrerie sans cœur ni âme d’un groupe de notre décennie escargot ? Lire la suite »

Revenir en haut de la page