vendredi , 16 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Swiss Rocks III

Swiss Rocks III


CHRONIQUES – Vous êtes dorénavant adeptes de notre rubrique « Swiss Rocks », ça tombe bien. Voilà encore une série de disques 100% suisse sorti récemment. Nos coups de cœurs, nos déceptions, nos découvertes, on vous raconte tout en détail. Ou presque.

Commençons en fanfare (oui oui) avec un groupe bernois : Traktorkestar. Douze musiciens qui mélangent pas mal de chose différentes, entre musique balkanique, rap suisse-allemand, jazz, musette et chanson fribourgeoise (??). Le groupe en lui-même est purement instrumental mais l’album LES MEMOIRES D’UN TROTTOIR propose quelques featuring avec des guest vocaux comme Esma Redzepova, Steff La CheffThe Tasic Sisters ou Claire Hugenin. Vous l’aurez compris, un album de voyage aux influences variées, qui invite l’auditeur de villes en villes et qui permet de s’évader pour quelques instants. Le concept est original, les musiciens sont bons, on est plutôt bon client, mais on n’écoutera pas le disque en boucle. Après 50 minutes de cuivre, on a quand même l’envie de retrouver une guitare et quelque chose de plus « rock ».

Label : Nation Biztribution / Irascible

 

Nous voulions des guitares ! ? Nous voilà servis avec les Bâlois de Confuzed et leur nouvel album STILL NOT ENOUGH. Le quatuor qui n’en est pas à son coup d’essai, surf toujours sur la vague punk-rock US des années 90. Riffs énergiques en veux-tu en voilà, rythmique à donf’, petites mélodies sympatoches pour la(les) voix et le tour est joué. Rien de bien nouveau sous le soleil, mais une efficacité à toute épreuve pour les fans du genre. Le groupe propose tout de même quelques variations avec la guitare sèche, comme sur l’intro de "Let Me Do in My Way". Confuzed marche assez bien en Suisse Allemande et en Allemagne, mais peine à se faire connaître par chez nous. Est-ce que STILL NOT ENOUGH va aider le groupe à passer un cap ? Pas sûr… On a quand même l’impression d’avoir déjà entendu des milliers de fois ces chansons.

Label : Reel Music

 

Allez, on corse encore l’histoire avec le retour des vétérans genevois d’Impure Wilhelmina. Un groupe qu’on ne présente plus dans les milieux underground, mais qui n’est pas forcément connu du grand public. Faut dire que le genre (post-hardcore à tendance mélodique) n’est pas accessible à tout le monde. Posé sur des ambiances un peu sombres, mélancoliques et malsaines, la voix de Michael guide l’auditeur dans les méandres tortueux et torturés. Les amateurs de post-hardcore et post-rock jubileront sans doute avec ce BLACK HONEY, d’autant plus qu’il constitue un retour après 6 années d’absence discographique. Si la voix de Michael s’est affinée avec les années, la lourdeur des riffs et des ambiances est bien présente. Quelques passages atmosphériques permettent aussi de varier les plaisirs, tout en restant dans quelque chose se sombre…

Label : Hummus Records / Division Records

 

Notre coup de cœur de cette rubrique ira sans aucun doute au groupe veveysan de Solange la Frange pour son nouvel opus MOUVEMENT. Dans son univers un peu (beaucoup) barré qui mélange électro, rock, et rythmique tribale, Solange la Frange convainc complétement. Les 10 titres de cet album sont travaillés, variés et foutrement efficaces. D"Ugly People" en ouverture en passant par le très rock "No Place to Go", ou en transpirant l’influence des Kills sur "Viva Mexico" et "Botox Beach", Julie Hugo et ses compères prouvent qu’ils ont clairement passé un palier. Et le final n’est pas en reste, car le single "Schlager" est une bombe en puissance. On se réjouit de revoir le trio en action lors des nombreux concerts prévus cet été. Un disque qu’on garde au chaud pour le bilan final de 2014.

Label : Two Gentlemen / Irascible

 

 

On reste à Vevey, mais on change radicalement de style avec Aurélie Emery. La jeune chanteuse qui a roulé sa bosse dans divers formations et dans divers coins de la planète sort son premier disque KISS SURYA. C’est dans un univers pop folk psychédélique qu’Aurélie Emery s’éclate et nous entraine avec elle. KISS SURYA est un album assez court (7 titres, 35 minutes), mais particulièrement abouti. Rien n’est laissé au hasard dans l’orchestration et les arrangements et c’est un véritable voyage initiatique qui nous est proposé par la chanteuse veveysane. Une certaine forme de lenteur et de répétitions nous transportent dans son univers, le tout bercé par sa magnifique voix. Un disque qui ne bouge pas énormément, mais qui a beaucoup de profondeur.

Label : Autoproduction / Irascible

 

Décidément les albums sont de plus en plus courts. 8 titres en 31 minutes pour YOUNG MEN DRIFTING du groupe suisse-alémanique Dans la Tente. Cela fait déjà plusieurs années que nous suivons les prestations et ventons les mérites du groupe lucernois. Entre indie-pop et coldwave, Dans la Tente poursuit son chemin tout en douceur. Une musique toujours hyper agréable, très enrobée, légère, suave, qui pousse l’auditeur à la rêverie et l’oisiveté. On est en bonne compagnie avec le quatuor lucernois, mais on reste parfois un peu perché dans les nuages. YOUNG MEN DRIFTING est un chouette album, mais il ne prend pas aux tripes comme on le souhaiterait. C’est aussi le style musical qui veut ça, on est d’accord. Pour vous évader en toute quiétude, ce nouvel album des Lucernois est parfait.

Label : Goldon Records

 

On a commencé avec une fanfare bernoise, on terminera avec du Grunk multiculturelle made in Geneva. Mélange de gypsy, groove et punk, le grunk est un genre très particulier. Ces sont les musiciens de Vagalatschk qui propose ce tout nouveau genre avec leur album BONIMENTIEFF. Une musique faite pour danser, s’éclater et s’évader, mais pas que… N’y voyez pas que le côté festif et marrant, car bien au-delà, il y a une vrai recherche artistique (et ethnographique ?). Entre rythmique afro-américaine des années 70, musique tziganes des Balkans et groove funky, il y a de quoi se faire plaisir. Ce genre assez particulier est toutefois à prendre avec précaution, car on n’entre pas dedans au premier claquement de doigt. Un peu (beaucoup) d’ouverture d’esprit sera nécessaire pour bien s’y sentir. L’expérience vaut néanmoins la peine d’être vécu avec ce groupe qui a déjà une grande expérience sur scène.

Label : Autoproduction


Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page