mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Nox Orae

Nox Orae


Nox Orae, La Tour-de-Peilz, vendredi 29 et samedi 30 août 2014


Le merveilleux parc Roussy à La Tour-de-Peilz et au bord du lac Léman est la location rêvée du festival Nox Orae. L’événement fête sa cinquième édition le vendredi 29 et le samedi 30 août prochains avec une programmation de choix qui ne présente aucune chute. Au contraire, chaque artiste a été choisi avec des pinces. Pas question ici de mettre une vieille gloire à la fin de ses jours et de remplir ensuite le reste des bacs au rabais. 

En effet, la Nox Orae est un festival modeste mais ambitieux dans sa programmation. Les artistes choisis pour cette version 2014 vivent tous un moment important dans leur carrière, sans pour autant être reconnus à un niveau massif et commercial. Ces musiciens sont au meilleur de leur forme avec une intensité intacte, voire en exploration. Ces éléments rapprochent cet événement de l’esprit du Kilbi : qualité avant tout, pas de concessions et un cadre sublime avec beaucoup d’intimité, sans les contraintes ou les inconvénients des gros éléphants (Eurockéénes, Paléo).

Ainsi, à l’affiche, nous retrouvons Warpaint, peut-être un des groupes féminins actuels les plus intéressants à voir en tournée (avec Savages). Les californiennes mélangent des touches de rock rêveur (shoegaze, indie rock) avec des structures empruntées à l’électro la plus profonde et hypnotique ainsi qu’à la hip hop à travers des rythmes plus dansants. Les américaines sortirent un excellent deuxième album il y a quelques mois. Le cas de Thee Oh Sees est curieux. Le groupe de garage saccadé, héritage des sixties les plus acides, était supposé se dissoudre non sans avoir sorti un dernier disque cette année. Leur performance sur scène est plus qu’incendiaire, tel qu’en témoigne le pogo qu’ils ont provoqué il y a quelque temps en arrière au Kilbi.

Or, le choix suisse de la Nox Orae est pointu et précis. Révélation de la scène romande grâce à quelques concerts à Lausanne (Le Bleu Lézard ou Le Romandie, en première partie de Lee Ranaldo and The Dust), Marilou commence à se faire connaître pour  son énergie brute et sonique. Les veveysans abordent la musique depuis un angle assez radical côté rythmes (cavernaires) et mélodies (dissonantes dans le sens de Sonic Youth et des premiers The Jesus and Mary Chain). Cette découverte joue le même jour (samedi) que les aussi locaux Solange la Frange. Ceux-ci viennent présenter leur tout nouvel album, MOUVEMENT, aux sonorités tribales et éclectiques: de l’électro au rock, en passant par le metal, le trio explore tous les continents, parfois le temps de quelques minutes.

Ainsi, le reste de l’affiche est tout aussi recommandable : du gothique sombre et intense de Esben and the Witch aux aventures soul et sophistiquées de Unknown Mortal Orchestra, en passant par The Horrors et par les fribourgeois de Kassette.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page