samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Bad Billy

Bad Billy

Bad Billy

Label : Autoproduction

ROCK - Pour leur premier album, les zicos de Bad Billy ont placé la barre très haut. Ce cocktail de rock anglais, de garage rock punky, et de sons vintages dépoussiérés est d'une efficacité sans pareil.

Au travail depuis 2012 sur ce disque. Il aura mis 2 ans à se finaliser. Après différents rebondissements, labels qui s’effondrent, enregistrements arrêtés puis repris. C’est une soirée de soutien à leur cause, organisée avec leurs fans, qui a permis de récupérer leurs morceaux. Permettant de finir le boulot et d’enfin sortir ce CD début 2014. Qu’on se le dise, les gars de Tours n'ont pas fait les choses à moitié.

Se réclamant de Queens of the Stone Age, des Kinks et autres inspirations anglo-saxonnes. Le pari était osé, et il est aujourd'hui largement réussi.
C'est un riff efficace et percussif qui ouvre ce premier CD. Suivi par la voix chaleureuse et vintage du chanteur Jean Gatien. Qui nous balance l'histoire des "Son Of A Bitch" que nous sommes, dans une compo en fusion.

Les morceaux s’enchaînent, je secoue la tête au rythme des riffs et des groove rocky du groupe. Du clavier à la Who par ci, un solo de théremine par-là (pas vus depuis Joe Perry, ou Bonamassa pendant leurs lives). Des ambiances typées The Raconteurs, un savant mélange de violons sur des rythmes 50's pour "Cadillac", et un harmonica sous LSD dans la superbe "Grab A Guitar".

Ce premier opus se termine en beauté avec le morceau "Words Are Not Enough". Une ballade jazzy de plus de 5 min qui vire au drame Rock'n'roll ; les notes de trompettes jouées par le chanteur résonnent tel un cri d'appel à l'aide dans cette ambiance distordue… magnifique.
Fier de voir que les musiciens français sont encore capables de faire du rock non conformiste pour un public international et intergénérationnel. J'en demande encore, et je dis bravo les tourangeau !

La suite bientot ? Everybody yeah !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page