Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Perfume Genius

Perfume Genius

Learning

Label: Matador (distr. Musikvertrieb)


FOLK Exact contraire des ballades
pompières habituelles, Perfume Genius écrit des chansons d’une simplicité et
d’une fragilité à couper le souffle

Dès les premières notes de Learning, c’est comme si on était tombé sur la cassette trouvée
dans la chambre d’un jeune homme triste à mourir. C’est tout l’album qui est une
fulgurance crépusculaire. Malgré tout ce que cette figure du jeune homme gay désespéré
peut avoir de cliché, la magie opère avec Perfume Genius. Chacune des chansons
du disque a une force émotionnelle presque irrésistible qui transmet
instantanément une mélancolie porteuse de sanglots et de beauté. Cette réussite
tient à n’en pas douter au rejet de tout ce qui se fait dans le folk ou
néo-folk actuel. Chez Perfume Genius, point de trace de grandiloquence assommante,
de cœurs lourdingues, ni d’expérimentation forcée. Tout, du son aux paroles,
est d’une simplicité qui fait jaillir la tristesse dans un éclat cristallin.

Elliott Smith sort de
ce corps

 


Le son est lo-fi. Pas dans le sens où ça grésille mais dans
le sens où rien n’est amplifié. Les chansons de Learning sont comme enregistrées directement dans une chambre, dans
une ambiance intime. Généralement elles s’appuient uniquement sur un piano et
la voix évanescente de Perfume Genius, sorte de Neil Young androgyne. Les
chansons à texte dépassent rarement les trois minutes trente. On ne peut
qu’être reconnaissant face à ce refus de la chanson émotive d’une longueur
prétentieuse, genre dont « Stairway to Heaven » est un peu le
parangon. La beauté des chansons de Perfume Genius tient à leur caractère
éphémère, à la grâce de ces moments qu’on sait pouvoir disparaître à tout
moment. Aussi fragile qu’une bulle de savon. Aussi fragile que le cœurs des
hommes.

Pour les textes, c’est de nouveau la simplicité qui sert
d’arme d’émotion massive. Chaque mot, chaque phrase, parfois répétés, résonne
de toute sa densité sentimentale. Contrairement au flot habituel de mots trop
nombreux pour qu’on s’y arrête, c’est ici chaque mot qui semble contenir en
lui-même une émotion intime propre. L’album commence par « Learning »
avec les paroles : « no one will answer your prayers/ until you
take off that dress/ no one will hear all your crying/ until your take your
last breath », chantées une première fois puis sanglotée une seconde, qui
met tout de suite l’auditeur à genoux. Cœur qui résiste à cette chanson,
considère toi de pierre. Il ne sert à rien de sélectionner certaines chansons
en particulier tant chacune est un sommet de musique sentimentale qu’on avait
plus entendu depuis l’Elliott Smith de « Angeles ». Un premier album
qui exprime de telles émotions avec sobriété mais grâce à une voix et un talent
mélodique hors du commun, cela laisse admiratif. Même les deux chansons
instrumentales (« Gay Angels » et « No Problem ») sont de
vraies réussites. Peut-être qu’à la longue, on se lassera de cet album, mais l’émotion qu’on a ressentie la
première fois qu’on a écouté Learning,
on ne l’oubliera pas de sitôt. C’était beau, c’était triste, c’était fort,
c’était fragile, c’était vrai.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page