mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Summer Camp

Summer Camp

Young

Label: non signé


On s’est enflammé devant “Ghost Train”, on a frémi face à
“Round the Moon”. Le duo anglo-suédois Summer Camp met fin à une
terrible attente et livre – enfin! – sa première galette, un EP de 6 titres,
intitulé YOUNG.

Les yeux dans le vague après des vacances interminables, peuplées de
paysages paradisiaques et de quelques histoirettes d’amours, nombre d’étudiants
retrouvent le triste train-train quotidien et les mornes bancs d’école. Pour
eux, le duo anglo-suédois Summer Camp, alias Jeremy Warmsley et sa compagne
Elisabeth Sankey, tient la BO idéale. Une douce cascade mélanco-sentimentale
addictive pour poursuivre encore un peu la rêverie. Si l’on retrouve aujourd’hui l’album des deux compères dans les bacs
à disque, c’est presque par hasard. C’est pour se marrer qu’ils enregistrent au
début 2010, une reprise du tube des Flamingos, “I Only Have Eyes For
You”. Leur passe-temps prenant vite la forme d’une passion dévorante, ils
enchaînent et composent quelques morceaux. Bingo! Tombe alors “Ghost
Train”, le single éthéré et désuet, qui fait vibrer la toile depuis
quelques semaines. “Ça a été un énorme coup de bol, et encore aujourd’hui,
je trouve cela incroyable et drôle que les gens s’intéressent à notre
musique”, expliquait il y a quelques semaines, Elisabeth, dans les
colonnes du magazine Magicrpm.

A faire flamber les ados

D’une durée légèrement inférieur à vingt minutes, “YOUNG”
compulse six mini-hits, titres naïfs et candides à faire flamber les ados.
S’ouvrant sur le rétro et ultra-connu “Round The Moon”, Summer Camp
cuisine sa palette pop à toutes les sauces. Electro, synthétique, tendre,
vieillotte; aucun basique de la pop song n’y échappe. Parfois déroutant,
toujours beau, le disque trahit sincérité et naturel. “Ghost Train”,
autre titre tapageur est au diapason. Ils achèvent en choeur: “même si nous
sommes clairement nostalgiques, c’est d’une époque qui n’a d’existence
véritable que dans nos esprits tordus, un rêve impossible de lycéen des années
80″. Il connaît depuis peu une seconde jeunesse grâce aux sons de Summer
Camp.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page