dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Paul Gilbert

Paul Gilbert

Fuzz Universe

Label: Shrapnel Records


INSTRUMENTAL ROCK Avec une longue carrière derrière lui, Paul Gilbert est attendu au tournant par notre chroniqueur pour son 9ème album solo. L’ex-Mr Big devrait-il se recycler? Récit d’une mauvaise journée.

Quand je reçois dans ma boite aux lettres, le
nouvel album solo de Paul Gilbert, l’ex-guitariste de « Mr. Big »,
(groupe qui faut bien se le dire me file de l’urticaire aussitôt que
j’entends « To Be With You »), je suis des plus inquiet. Mon
inquiétude s’amplifie lorsque dans le livret, je vois inscris : « My third
guitar instrumental album… with billions of notes… if every note on this
album were the size of a grain of sand, it would fill up 72 buckets… ».
Je me dis rapidement que ce mec là, malgré 20 à 30 ans de musique derrière
lui…. n’a rien compris. La musique, le rock, les albums ne se font pas avec
des notes, mais avec de l’émotion bordel!!! Bref, je suis très inquiet.

Et le premier morceau n’est pas là pour me
rassurer, bien au contraire. On se croirait presque dans F-Zero. Mais oui,
rappelez vous du jeu-vidéo de course futuriste. La musique était très proche de
« Fuzz Universe » le morceau d’ouverture de l’album éponyme.
Effectivement, il ne nous a pas menti, des notes, il y en a des millions à la
seconde… et c’est un peu prêt tout ce qu’il y a, d’ailleurs. J’ai même pas
envie de nommer les chansons tellement cela n’en vaut pas la peine. Ben oui,
comment on peut nommer une chanson “Don’t Rain On My Firewood” ou “Will My Sreen Door Stop Neptune” quand y a juste un solo de gratte
accompagné par une basse fadasse et une batterie qui sonne autant mal que celle
de Lars Ulrich dans ST-ANGER. Je veux bien accorder
à Paul, le fait qu’il sait manier son instrument, non il n’y a pas de
sous-entendu dans cette phrase. Mais est-ce que le fait de savoir faire des
solos ultra-rapide, des montées et des descentes à la vitesse de l’éclair sur
son manche (décidément les sous-entendus) font de lui un bon guitariste ? Ma
réponse est : non. La musique est une question d’émotion et cet album en est
dénué. Je préfère même Mr. Big pour tout vous dire. Le pire c’est
que les chansons sont longues. J’ai l’impression que le bougre s’amuse à nous
faire souffrir.

Arrêtons le massacre

Bref arrêtons le massacre. Les fans du genre
(ceux qui aiment Joe Satriani, Steve Vaï et autres excités du manche) seront
heureux de la sortie de FUZZ UNIVERSE, les autres (sensés ?)
passeront leur chemin pour sauver leurs oreilles d’une nouvelle inutilité
musicale.


Un commentaire

  1. retour sur article
    Bonsoir mathieu evéquoz,

    Cet article qui par son ton tend à démontrer qu’il est écrit par un connaisseur marque un aspect totalement contraire. La musique est variée dans ses styles et c’est bien la preuve que l’émotion procurée est propre à chacun et dépend tout autant de son passé que de son présent.
    Après les affinités jouent mais la compréhension d’un album ou même d’une musique ne se fait pas sur une simple écoute et une critique facile. Dire qu’il y a simplement une multitude de notes ne suffit pas a expliquer une soit disant pauvreté d’écriture d’un morceau.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page