dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Blitzen Trapper

Blitzen Trapper

Destroyer Of The Void

Label: Sub Pop


FOLK ROCK Avec ce
nom étrange et cette pochette décalée, Blitzen Trapper revient avec un nouvel
album et confirme son excellente réputation.

Il y a un peu plus d’un an,
nous vous présentions un EP 7 titres de Blitzen Trapper (BLACK RIVER KILLER) et
nous étions déçu que cela s’arrête seulement après 18 minutes. 13 mois plus
tard nous voilà donc heureux de pouvoir écouter le long format car le résultat
de ce dernier opus est plus que satisfaisant. Les Américains ont même réussi à
corriger certains points (son du synthé) pour que DESTROYER OF THE VOID fasse
partie des bons disques de cette nouvelle vague folk qui envahit la planète.
Nouvelle vague certes, mais l’influence du passé est toujours évidente. Comment
ne pas penser à Neil Young ou Bob Dylan lorsqu’on entend “The Man Who Would
Speak True” ou “The Tailor” ? Les légendes de la folk ne peuvent qu’adhérer
au groupe de Portland. Car malgré ses influences passées, il y a un vent de
fraîcheur et de nouveauté qui souffle sur cet album. Le groupe ne se limite pas
qu’à de la folk basique avec guitare et harmonica. Par moment ils nous
entraînent dans des envolées plus pop ou classique que Queen ne renierait pas (Lover
Leave Me Drowning, Destroyer Of The Void). Les voix en chœurs aidant la
comparaison au groupe de Mercury. On rencontre parfois un côté rock qui est
amplifié pour un résultat excellent comme sur “Love And Hate”, savoureux mélange
de Jethro Tull et Uriah Heep.

Très mignon

Notre coup de cœur va sans
aucun doute à “Laughing Lover” qui mélange tout ce qui est susmentionné. Un titre
un peu fou, très mélodieux, entraînant, qui nous apporte beaucoup de plaisir.
Un titre plutôt moderne sans aucune référence aux anciennes gloires. DESTROYER
OF THE VOID est un album qui n’a pas de mauvais passage. On entend de bons
titres jusqu’à la fin. A signaler la présence d’Alela Diane pour un duo vocal
avec Eric Earley sur “The Tree”. Dans la pure tradition folk, guitare sèche et un
brin de mélancolie. Très mignon, tout comme la vache sur la pochette.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page