dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Monogrenade

Monogrenade

Tantale

Label: Bonsound Records / Disques Office

FOLK-ROCK – Ils sont quatre et s’appellent Monogrenade, tout ça à cause d’une histoire de fruits et parce que ça sonnait bien. Le mieux est de les écouter car à bien y chercher, on pourrait qualifier leur premier album de véritable bombe: une musique bien enregistrée et un feu d’artifice survient au détour de chacun des douze morceaux. Let’s go, direction Montréal, ville d’origine des nouvelles coqueluches du milieu indie.

Qui est Monogrenade ? D’abord, le projet d’un songwriter, Jean-Michel Pigeon, très rapidement rejoint par Marianne Houle, Mathieu Collette et François Lessard. Décidés à partager leurs chansons avec la planète, ils publient en juin 2009 un EP huit titres LA SAVEUR DES FRUITS dont l’accueil est excellent. Les concerts s’enchaînent et le groupe séduit immédiatement par ses prestations intenses et enflammées, d’abord au Canada, puis sur quelques scènes françaises et en première partie de Moriarty. Les quatre acolytes partent s’isoler dans les Laurentides, au beau milieu de la forêt. Durant deux semaines, ils enregistrent jour et nuit dans un chalet pour donner naissance à Tantale. La nature sauvage, presque animale rencontre leur approche contemporaine de la musique. Un violoncelle déchaîné croise des guitares acoustiques, un banjo se mélange au synthé. Un album indéfinissable tout comme son titre, TANTALE… Une accumulation de sensation, un univers qui ne laisse pas indifférent et ce, dès la première écoute. C’est au travers de ce croisement entre électro, pop, rock et classique que les quatre montréalais nous transportent.

 

 

On découvre l’étonnante première piste "En marge" avec son étrange rythmique à ressorts avec cette montée de piano magnifique où notre pouls s’accélère… Puis on tombe sous le charme d’une rythmique tantôt soutenue et pop-électro sur "Obsolète" ou "De toute façon", tantôt douce et onirique sur "M’en aller". Coup de cœur textuel, rythmique (et visuel grâce au clip en stop-motion) pour "Ce soir", titre à la fois planant et mélancolique qui évoque une relation de couple qui s’effrite et la peur de se réveiller un jour et n’être plus que des étrangers. Enfin, il y a aussi le morceau "Escapade" où le quatuor à cordes Mommies on the run s’envole littéralement et emporte celui qui l’écoute et lui fait perdre tous repères.

TANTALE s’ouvre en force et se clôture en douceur. Voguer, rêver d’un morceau à l’autre. Jamais le son n’agresse, pas plus qu’il n’ennuie. Les musiciens de Monogrenade créent du rock tendre de qualité, de la véritable force tranquille transposée en musique. Une pop planante, presque mystique, bien ficelée, ponctuée par des montées de piano et de cordes ; une poésie quasi aérienne, une pointe de noirceur pour un album qui prend en otage vos émotions. Pour sûr, ces Canadiens vont faire parler d’eux !

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page