mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Luke

Luke

Les Docks

Les Docks Lausanne (CH), vendredi 26 novembre 2010


REVIEW Luke fait partie de ces groupes de rock français qui
arrivent attirer un relativement large public. Preuve à l’appui ce vendredi aux
Docks avec un public à la fois jeune et expérimenté. En avant la musique !

Le Robot

Pour cette tournée faisant suite à l’album D’AUTRE PART, Luke était déjà
passé cet été du côté d’Estavayer pour nous envoyer son rock avec panache et
délectation. Naturellement, s’agissant de la même tournée, le spectacle n’était
pas foncièrement différent. Mais soyons clair, du rock français d’un tel
acabit, on ne s’en lasse pas. C’est donc avec beaucoup de plaisir que nous
allions du côté des Docks écouter le groupe français. En première partie les
Genevois de Take Me Home ont assuré l’essentiel en jouant du rock anglais teinté
d’influences 80’s (jusqu’au look du chanteur). Un groupe à découvrir. Mais
revenons à Luke et à cette dernière tournée, car si ce dernier album sonne
parfois plus « chanson » que rock français, le résultat sur scène
vaut le détour. Le concert commence d’ailleurs par deux titres du dernier opus,
“Fini de Rire” et “Les Amants de Valence”. Pour bien nous faire comprendre que
l’esprit rock n’roll du groupe n’est de loin pas perdu, le groupe enchaîne avec
des vieux titres incroyables (Le Reste du Monde, Stella, La Terre Ferme). Luke
sort le grand jeu avec le single de D’AUTRE PART. “Pense à Moi” a bien l’effet
escompté, les jeunes fans connaissent et apprécient ce morceau. De nombreux
titres du dernier opus sont joués ce soir (Monsieur Tout Le Monde, Manathan,
Faustine, La Complainte
du Gardien de Prison) et naturellement “Le Robot”, deuxième single de l’album.
Lorsque Thomas Boulard s’énerve sur sa guitare et gratte les cordes avec
fougue, il adopte les mimiques du fameux robot.

Noir Désir dans mon salon ?

La setlist est plus étoffée qu’à Estavayer et il est vrai que Luke est
une véritable machine à tubes. Car comment ne pas devenir dingue lorsque les
chefs d’œuvre comme “Je Suis Cuba”, “Comme un Homme”, “Soledad”, “La Sentinelle”, “Hasta
Siempre” ou “La
Transparente” sont joués. Le public est aux anges et peut
laisser éclater sa joie sur tous ces morceaux qui ont façonnés la carrière des
Français. Une reprise de Bashung dans les rappels (Je T’ai Manqué) qui prouve encore une fois le
bon goût du groupe. Pour terminer le concert Luke balance un petit “Paradis
Rouge” pour faire taire les derniers médisants sur le côté pop du groupe.

Eiffel la semaine dernière, Luke ce week end, et puis quoi encore ?
Noir Désir dans mon salon ?


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page