mardi , 18 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Husky

Husky

Live à l'Amalgame

L'Amalgame, Yverdon (CH), vendredi 28 septembre 2012

REVIEW – Après plusieurs soirées à thèmes, un marché aux puces et quelques concerts, la saison à L’Amalgame est définitivement lancée. L’occasion pour nous de faire un tour et de découvrir Husky, groupe indie-folk australien.

 

Il faut l’admettre, c’est surtout la signature chez le prestigieux label de Seattle Sub Pop qui nous a d’abord tapé dans l’œil. Plus que le nom Husky qui, naturellement, nous fait penser à la race de chien. Quand on y réfléchit, c’est vrai que c’est bizarre de nommer un groupe de rock Husky… enfin bon, c’est pas plus étrange que Pink Floyd, The Beatles, ou Black Lion Genocide. Remarquez, le chanteur du groupe s’appelle Husky Gawenda. Si c’est son vrai nom, ses parents  lui ont fait un sale coup au petit Husky… Il ressemble particulièrement à Dan Auerbach des Black Keys, vous ne trouvez pas ? Bref, on s’égare. Husky a donc signé chez Sub Pop et nous voilà à l’Amalgame pour écouter ce groupe venu de l’autre côté de la terre.

Le registre du groupe se situe dans de la folk, de l’indie-folk comme on aime le dire. L’ambiance en live est donc plutôt feutrée, chaleureuse et intimiste. Le public relativement nombreux a bien compris qu’il n’allait pas danser sur des rythmes endiablés, mais au contraire se relaxer et partir dans l’univers envoutant du groupe. Par moment Husky nous fait penser aux désormais célèbres Fleet Foxes. La comparaison peut paraître facile, mais le groupe australien évolue dans le même univers et en live on retrouve beaucoup de similarités.

 

 

Si le show est agréable pour les yeux et les oreilles, on n’est pas transcendé non plus. Idéalement, il aurait fallu peut-être connaître les albums (dont FOREVER SO sorti cette année) pour bien entrer dans la musique et se laisser aller complétement. Toutefois, ce moment à l’Amalgame était fort agréable et les musiciens ont assuré l’essentiel en plongeant la salle de concert yverdonnoise dans un univers confiné.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page