mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Fair 2011

Fair 2011

Les lauréats


FAIR Fonds
d’action et d’initiatives Rock
 ! Cette
association datant de 1989 a
pour but de soutenir et d’aider des groupes français dans les premiers pas de
leur jeune carrière. Lords of Rock s’est penché sur les 15 lauréats 2011.
Certains ayant retenu notre attention cette année.


Djazia Satour

Certaines
conditions sont naturellement requises pour pouvoir faire partie de cette
sélection d’artistes qui aura la chance d’être soutenu par ce fond d’action. Il
faut tout d’abord avoir qu’un album distribué depuis deux ans dans le réseau
français. Il faut ensuite avoir fait un minimum de 10 dates et être sorti de sa
région pour quelques concerts. Finalement des conditions peu contraignantes,
car les artistes non-signés ont aussi leur chance.

Et
ce soutien, à quoi ressemble-t-il ?

Il
est divisé en 4 axes bien distincts : Il y a tout d’abord une aide
financière et juridique qui varie selon les groupes et qui peut se traduire par
des remboursements divers (frais de tournée, hôtels, essence) ou par de l’acquisition
de matériel. On trouve ensuite la promotion via des tournées avec d’autres artistes ainsi que par
la distribution d’une compilation aux médias. Une formation est proposée aux
lauréats par le biais de divers stages où les musiciens pourront travailler
avec des metteurs en scènes, avec des professionnels du son et ainsi les aider
à se professionnaliser. Des conseils en management sont aussi là pour aider les
artistes.

Lords
of Rock décortique brièvement les 15 artistes sélectionnés pour l’année
2011 :

Binary Audio Misfits : Fusion du groupe de rock toulousain Expérience et
des rappeurs américain de The Word Association. Mélange explosif et très groovy
où le décloisonnement des genres en sort vainqueur.

Buridane : La jeune lyonnaise s’attaque au monde du folk acoustique
qui est très en vogue ces derniers temps. Elle arrive toutefois faire sa place
et nous toucher avec des chansons en français et un sens de la mélodie à toute
épreuve.  

Cascadeur : Alexandre Longo alias Cascadeur joue sur le visuel pour
interpeler son public. Son masque effrayant et ses attitudes font de lui un
artiste atypique. Cascadeur jouerait-il sans filet ?

Chapelier Fou : De formation plutôt classique, Chapelier Fou utilise
la musique électronique pour s’exprimer. Des atmosphères taillées pour des BO.
Un artiste sympa que l’on avait rencontré dans le cadre du Paléo.

Djazia Satour : Algérienne d’origine, Djazia Satour est établie à
Grenoble. Elle y pratique un mélange culturel et musical. Alternant l’arabe et
l’anglais dans ses paroles, elle navigue entre blues et new-soul. Son premier
EP est sorti récemment.

François & The Atlas Mountains : Dans un registre plutôt pop,
François Marry qui s’est exporté à Bristol roule sa bosse avec les Atlas
Mountains. Ils ont sorti un album Plaine Inondable en 2009.

L : Dans la rubrique des lettres comme nom d’artiste, on découvre L.
Charmante chanteuse française qui tourne depuis déjà de nombreuses années dans
les salles parisiennes. Un univers fait de légèreté comme sur son magnifique
titre Jalouse qui rappelle certains grands noms de la chanson française.

Le Prince Miiaou : Quel nom étrange mais ô combien original pour cette
jeune chanteuse qui n’est pas encore signée, mais qui a su créer un buzz avec
son album enregistré chez son frère.

Lilly Wood & The Prick : Encore un groupe révélation de cette année.
Le duo franco-israélien frappe fort avec son album pop INVINCIBLES FRIENDS. Une
fraicheur pop pour une nouvelle génération qui utilise le son sans complexe. Un groupe à voir au Caprice Festival ce printemps.

Quadricolor : En 2 EP’s les 4 Niçois ont fait parler d’eux et de leur
rock électro. Ils ont participé à de nombreux festivals pour se faire connaître
et pour trouver quelqu’un prêt à les signer.

Skip The Use : Ce sont peut-être nos chouchous, n’ayons pas peur
des mots. Leur album éponyme est énorme du début à la fin. Ils sont passés cet
été au Jazz de Montreux pour enflammer la piste de danse. Car oui avec Skip The
Use on danse Messieurs Dame !

Soma : Encore un groupe que l’on avait présenté comme une
révélation rock. On les a vu par chez nous au Bleu Lézard et dans un autre
registre on les a vu avec Nagui lors de Taratata. Leur clip avait aussi fait
polémiquer.

This Is The Hello Monster : Un registre un peu différent pour le projet
musical de Gérald K. L’artiste propose un univers intimiste folk ou anti-folk
et s’éclate sur son synthé à nous faire découvrir toute les possibilités de son
instrument.

Twin Twin : Un groupe étonnant le trio de Twin Twin. On peut parler
d’électro-clash avec une grosse basse, un beat-boxer et un chanteur. Le groupe
de Montreuil joue aussi sur son look (et les coupe de cheveux) souvent décalé.

Yeti Lane : Pour terminer cette sélection, Yeti Lane finit avec quelque
chose entre pop et rock plus atmosphérique voire psychédélique et hypnotique
par moment. Tout un programme.

 

Skip The Use

Voilà,
nous pouvons donc vous conseiller d’écouter et de suivre ces jeunes talents en
devenir. Le Fair a généralement le fin nez pour dégoter les futurs grands noms
de la scène musicale française. N’oublions pas que l’association a soutenu par
le passé des artistes comme NTM, Katerine, Iam, M, Les Têtes Raides, Louise Attaque, Anaïs,
Sanseverino, Deportivo, The DØ, Cocoon, Hindi Zahra, Jil is Lucky, Mustang, ou
encore Pony Pony Run Run.

  


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page