mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Black Mountain au Romandie

Black Mountain au Romandie

au Romandie, la review

Le Romandie, Lausanne (CH), dimanche 3 octobre 2010


La
rentrée au Romandie ne manque pas de piment en cette saison. Après les
excellents concerts lors du Label Suisse, voilà que le club lausannois affiche
complet pour ce premier dimanche d’octobre. La raison ? La venue des Canadiens
de Black Mountain
.

En live c’est pareil

Depuis la sortie de leur deuxième album IN THE
FUTURE salué à juste titre par la critique, le groupe de Vancouver connaît un
certain succès dans le milieu alternatif. Tout récemment, un troisième disque
vient confirmer le talent des Candiens et place le groupe sur une autre
planète. Mais avant que le quintet transpire sur les planches du Romandie, un
groupe prometteur ouvre le bal en ce dimanche soir. Les frangins Bird du groupe
Tweak Bird entrent timidement sur scène. Un début de concert difficile car le
son peine à trouver sa place. Le batteur Asheton martèle ses toms et nous
gratifie de quelques jolies grimaces. Le duo batterie-guitare peut nous faire
penser aux Black Box Revelations, avec ce son très brut à la guitare que Caleb nous
offre. Les deux frangins chantent en même temps, mais malheureusement pas assez
fort. Les instruments couvrent les voix et c’est fort dommage car sur le
disque, ces voix psychédéliques ressortent à merveille. Avec un album éponyme
sorti cet été, les titres principaux s’y retrouvent. Citons les excellents Tunneling Through, A Sun / Ahh
Ahh, The Future ou encore Lights in Lines. A la
moitié du concert, un saxophoniste apparait pour apporter une touche
psychédélique supplémentaire. Dommage pour ces voix, mais nous garderons une
bonne impression de ce concert. Les musiciens repartent timidement en emportant
leur matériel.

Le moment tant attendu par les nombreux fans
arrive. Black Mountain envahit la petite scène du Romandie. Moins brut,
beaucoup moins garage que Tweak Bird, les Black Mountain joue du rock psyché
assez varié. Leur dernier album WILDERNESS HEART  nous le prouve. On passe d’une ballade assez légère à du
gros son des 70’s. En live c’est pareil. Les Canadiens jouent la carte heavy avec
des titres comme Let Spirits Ride ou l’on croirait entendre du Black Sabbath ou
du Deep Purple et nous transporte ensuite dans des ballades harmonieuses où les
voix s’accordent à la perfection comme sur Radiant Heart. Car précisons qu’une
des particularités du groupe et d’avoir deux voix, le guitariste et leader Mc
Bean ainsi que la jeune Amber Webber. Une large partie du concert et consacrée
au dernier opus en date, mais les premiers fans s’éclatent toujours autant sur
les plus vieux morceaux (Angels, Wucan,Druganaut). Un public très attentif mais
pas très expressif. Sur scène les musiciens rendent la pareille. Un timide
« merci », mais pas beaucoup de communication. La basse de Matt
Camirand est un métronome de précision, elle vibre dans chaque corps et
transporte le public. Le Hammond de Schmidt quant à lui nous fait revivre les
meilleurs moments des 70’s. On comprend pourquoi ce groupe qui n’a l’air de rien
comme ça, cartonne autant. Les musiciens ont du talent, les compositions sont
remarquables et le résultat en live est en adéquation avec ce qu’un public peut
attendre. Et le public semble ravit après ce spectacle. Des Français
s’apprêtent à rentrer en Savoie et attaquer plus de 3 heures de route. Quand on
aime, on ne compte pas. 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page