La sortie de cet album est un peu pour certain la concrétisation d’un certain rêve métallique, à savoir de voir jouer l’un des groupes majeurs des années 90 les Brésiliens de Sepultura dans son line-up originel.

Cavalera Conspiracy

La sortie de cet album est un peu pour certain la concrétisation d’un certain rêve métallique, à savoir de voir jouer l’un des groupes majeurs des années 90 – les Brésiliens de Sepultura – dans son line-up originel. Soufly un peu léger sur la balance, Cavalera Conspiracy arrive à point nommé pour une sorte de fête de famille où se retrouvent Max, Igor, Ritchie (pour une seule chanson), ainsi que des pièces rapportées de première classe, à savoir Joe Duplantier de Gojira, Marc Rizzo ouvrier chez Soulfly et même le multimillionnaire Rex Brown pour «Ultra-Violent». La fête peut commencer.
La recette est la même, car ici le boss c’est Max et personne d’autres, donc très peu de surprises. Inflikted ressort l’artillerie destructrice grâce à une production soignée et très lourde. À cela s’ajoutent divers ingrédients propre au maître du trash metal brésilien. Des gros pavés de guitares épais à souhait, quelques riffs trash bien sentis tout droit sortis du manuel, une batterie massive où la grosse caisse se démultiplie à foison et pour finir la voix si significative de Max que certains adulent et que d’autres haïssent. Cet album combine les caractéristiques des deux bébés de Max, donc l’auditeur sait à quel sauce il sera mangé. Les différents protagonistes ici présent, font de cet effort un album plaisant, car avec de tels background les bougres arrivent à rendre la chose pas chiante du tout. L’honneur est sauf.
Cavalera Conspiracy n’invente rien, mais joue sa musique, ce qui est déjà pas mal. Au final, on se retrouve face à un album direct qui fera plaisirs aux fans de trash mais qui débectera les fans de nouvelle chanson française. Entre Cali et Cavalera Conspiracy, le choix n’est néanmoins pas très difficile.

Check Also

The Hives va tabasser ton été !

Voilà maintenant onze longues années que nous attendions ça. Une décennie entière sans le moindre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *