mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » The Hoosiers

The Hoosiers

Avril 2008


J’ai pas pu trouver "Hoosier", ni "Hoosy" d’ailleurs dans le dico… "Que veut dire votre nom" est une question stupide que je déteste poser, mais là, avouez…
Mmmh, oui, nous avons un nom stupide, nous nous devons d’y répondre. En fait nous avons été joué au soccer (football – NdlA) dans l’Indiana, en Amérique. Et le surnom de cet Etat est The Hoosiers State. Du coup les habitants s’appellent The Hoosiers. Dans l’Etat d’à-côté, dans le Michigan, les gens s’appellent les "Buck…" euh… "Backeyes"? "Backeyes" ! De retour en Angleterre, on a ramené le nom "The Hoosiers" avec nous ! C’est aussi simple que ça !
 
Le titre de votre album est The Trick To Life (qui pourrait se traduire par "L’illumination" ou "Le truc qui fait que la vie tourne rond" – NdlA) : c’est quoi ça? une devise? Rendre la vie plus facile, plus heureuse?
Oui, je crois que l’idée qu’il y ait une antidote pour que tout aille bien, le fait de trouver un truc qui résume tout, absolument tout… atteindre l’illumination ou que sais-je… je ne sais pas si cela arrivera un jour. Mais le fait d’avoir appelé notre album ainsi est que nous ne voulions pas que les gens aient le sentiment de juste acheter l’album d’un groupe, mais celui d’acheter "L’illumination". Qui ne dépenserait pas de l’argent pour ça ? C’est aussi le titre d’une chanson et c’est très "compte de fées pour adultes".
 
Qui est Ray (leur premier hit s’appelle "Worried About Ray" – NdlA)?
Ray est une métaphore pour ce que tu aimes.
 
Une personne ou une chose… ou les deux?
Cela peut être n’importe quoi. Dans notre cas, Ray représente notre groupe, car nous n’allions nulle part depuis des années. Dans la chanson, nous avons écrit le texte comme si ses parents étaient inquiets pour lui car ils l’aiment naturellement. Et lui ne va nulle part, et il y a des dangers tout autour de lui et finalement quelque chose de mauvais va lui arriver.
 
Et Mr. A?
Un personnage que nous avons fabriqué de toutes pièces. Un de ceux qui connaît exactement ce qui se passe dans le monde, qui ruine la vie de millions de personnes. Alors "Goodbye Mr. A"!
 
Vous connaissez l’écrivain Marcel Proust?
Proust? Oh, yeah, Proust!
 
Ca vous dit de répondre à son fameux questionnaire? Au nom du groupe j’entends, pas comme individuels…
Oh… ça va être dur, mais… Let’s go!
 
Où aimeriez-vous vivre?
Sur la lune ? Etre seul… mais il fait froid… oh putain ça craint ! Non, pas la lune. Quelque part entre Londres et la Suède… dans la mer. Ou en Ecosse.
 
Vous pouvez vivre n’importe où et vous choisissez l’Angleterre… c’est quoi votre problème ??
(rires) Oui c’est pathétique ! Mais disons sur une île entre l’Angleterre et la Suède, allez : une plateforme pétrolière.
 
Quelles sont les erreures qui méritent votre indulgence?
L’indécision ? Oui ! Réponse parfaite ! L’indécision !
 
Quelle est votre idée du bonheur sur Terre?
Le fait de vouloir quelque chose, mais pas le fait de l’avoir finalement. Le chemin qui t’y mène. Le chemin, pas la destination. The entertaining, not the entertainment (Il y a un proverbe allemand qui dit "Vorfreude ist die beste Freude", "La pré-réjouissance est la meilleure des réjouissances", comme quoi l’on se réjouit plus avant l’événement que lorsqu’on y est – NdlA).
 
Quels sont vos personnages historiques préférés?
Notre producteur ? (rires) Non, … euh… Jésus? Jésus!
 
La qualité que vous admirez le plus chez une femme?
L’humilité. Et l’humour.
 
Votre vertu, votre qualité préférée…
L’honnêteté.
 
Votre occupation favorite?
Se relaxer après le sport.
 
Qui auriez-vous voulu être?
Je n’aime pas penser comme ça… Enfin, être un Beatles aurait été pas mal. George Harrisson, allez.
 
Quelle est la plus grande des misères?
La paralysie. Quand du peux penser normalement, tu sais ce qui t’arrive, mais tu ne peux plus bouger. Vivre doit être une vraie torture.
 
Quel est votre écrivain préféré?
De manière collective : George Orwell. On a adoré 1984. La manière dont il décrit le changement et l’adaptation – ou la non-adaptation. Ou tu connais Arthur Miller? Il a une manière de raconter les choses qui est très personnelle, voire insulaire, mais si tu lis entre les lignes, tu comprends qu’il parle du rêve américain qui a tourné aigre, ou même d’autres choses tellement plus universelles. On est très influencés par ça.
 
Quel est votre compositeur préféré?
Sufjan Stevens (Il compose actuellement des concept albums sur chaque état d’Amérique, il aura donc à la fin quelque 52 albums à son actif… si tout se passe comme prévu ! – NdlA).
 
Quel est votre peintre préféré?
Dali. Il a tant d’imagination, même dans les peintures les plus simples, tu peux les regarder durant des jours.
 
Qu’est-ce que vous détestez le plus?
Quand les choses ne se passent pas comme je le veux…
 
Et vous autres, comment réagissez-vous quand cela ne va pas comme il le veut?
On lui fait croire que ça va dans son sens.
 
Quelle est votre état d’esprit présent?
Parfait, on vient de faire du sport, on est relax (les mecs jouaient au badminton et au foot dans l’Arena : ils avaient installé des goals dans la fosse durant l’après-midi – NdlA).
 
Comment ressentez-vous le concert de ce soir?
C’est notre dernier sur cette tournée, pour James Blunt aussi d’ailleurs. On a été sur la route durant trois mois et on est super excités de retourner à la maison.
 
Sex, Drugs & Rock’n’Roll: où, quand, quoi et avec qui?
Bah, c’est plus Masturbation, Thé Vert et Pop pour nous. Fais ce que tu penses être naturel et ne t’embourbe pas dans le cliché. Trop de groupes se cachent là-derrière s’ils n’ont pas une personnalité plus marquée. C’est tellement plus facile. Alors je dirais Sex, Drugs & Rock’n’Roll quand et si tu le sens. Cela n’a pas de sens de faire ce que les autres aimeraient que tu fasses juste parce que tu fais partie d’un groupe.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page