Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Wombats

The Wombats

This Modern Glitch

Label: 14th Floor Recordings

ROCK - La machine à tubes The Wombats revient quatre ans après son premier essai. Et alors ? THIS MODERN GLITCH, c’est comment ? Si leur musique était cuisine, disons que le trio liverpuldien a gardé la même recette ; la sauce, elle, n’a toujours pas pris.

On se rappellera de “Let’s dance to Joy Division” sorti en 2007. La vague du rock version 2000, les Wombats l’ont rejointe en cours de route et l’ont surfé autant que se peut faire. Après les Libertines et autres Kooks pour le premier album, voici qu’ils gagnent la palme d’être comparés à un mélange insipide entre Killers et Blink-182 avec THIS MODERN GLITCH. Brièvement, le style n’a pas changé, seuls les synthés font pâle figure de nouveaux venus. Pour coller, cette fois, à la mode électro-rock sans doute. « Oh eh, les Wombats, la vague, cette fois, vous auriez mieux fait de la rater !» Ne devient pas New Order qui veut.

Trêve de plaisanteries. D’où vient ce couac gigantesque ? Cela tient probablement à ce que, là où ils faisaient preuve d’un charme juvénile, frais et spontané autrefois, ils se transforment en conquérants MTV-ondes radio sans foi ni lois (musicales). Et, si là se trouvait la cible, elle est atteinte : le single ” Jump Into The Fog” passe déjà sur toutes les radios. On avouera se surprendre à taper du pied par moments lors de cette écoute obligée mais, franchement, on arrêterait le massacre sans regrets. Le titre d’ouverture “Our Perfect Disease” fait presque aussi mal que Hurts. Les lyrics sont au comble du mauvais goût, humour ou pas : « I like girls. Girls and fast cars. » ou encore « Please allow me to be your anti- depressant. I too am prescribed as freely as any decongestant ». Le mélange rock-house produit des titres ringards à souhait dont leur ” Techno Fan”. Et le tout est franchement trop lisse et artificiel. Alors oui, THIS MODERN GLITCH deviendra certainement le plaisir honteux de certains, ils seront probablement diffusés dans les séries teen hype du moment et conquerront effectivement les radios. Au-delà, pitié pour nos oreilles et, Wombats ou pas, on leur souhaite de surmonter ce syndrome cruel du deuxième album.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page