mercredi , 21 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Sheffield

Archives des mots-clés : Sheffield

Souscrire au flux

The Roxanne

Après un EP 4 titres bien accueilli, les Roxanne sortent là leur premier album. Peut-être qu’avec un tel nom, le groupe ne manque pas d’ambition, mais il témoigne de l’intérêt ... Lire la suite »

Warp

Touché par les événements tragiques qui endeuille le Japon, Warp a décidé de se mobiliser. Le label de Sheffield vous propose d’accomplir un acte de solidarité en acquérant un magnifique ... Lire la suite »

Brian Eno

Toujours avare en surprise musicale, le label britannique Warp a cette fois fait encore mieux. Par communiqué la société de Sheffield annonce l’arrivée dans ses bancs de Brian Eno. Mieux, ... Lire la suite »

Arctic Monkeys

Enfin nous y sommes. Le troisième album des Arctic Monkeys nous a enfin été délivré dans notre boîte aux lettes. On s’attendait à du spécial, on n’a pas été déçu. Lire la suite »

Slow Club

Laissez-moi vous introduire au Slow Club. A la guitare et au chant, Charles Watson. A la guitare et au chant, Rebecca Taylor. Parce qu’à deux c’est mieux, ils ont créé cette entité après le split du groupe de Sheffield, The Lonely Hearts. Et force est de reconnaître qu’avec la sortie de leur premier album, YEAH, SO ?, le Slow Club n’aura pas de peine à dépasser la – petite – renommée de leur ancien groupe. De là à dire d’eux qu’ils sont les nouveaux Moldy Peaches, il y a un pas qu’on hésiterait à faire… Tout adorables que sont les douze titre du LP, rien ne semble approcher la déglingue créative du feu duo réunissant Adam Green et Kimya Dawson. The Independant s’interrogeait sur le groupe par un présomptueux : « pourraient-ils être la réponse anglaise aux White Stripes? » Pas facile aujourd’hui de lancer un groupe indé dans le grand bain. A force de comparer sans raison, ne casse-t-on pas le joujou ? Optant finalement plus pour un folk bon enfant qu’un anti-folk revendiqué, Slow Club n’est franchement pas loin de la niaiserie des Ting Tings. Bienvenue dans le royaume du lisse… Lire la suite »

Arctic Monkeys et son producteur

Vous nous accuserez de faire monter la sauce. HUMBUG, troisième album - très attendu - des Arctic Monkeys se précise toujours plus. Et comme à Lords of Rock on adore ces petits génies de Sheffield, on en profite. D'ailleurs, nous ne sommes pas les seuls à les aimer: Josh Homme, producteur spécial de ce qui s'apparente comme un album révolution pour le groupe, a donné au New Musical Express les raisons de son investissement. « Ce sont les paroles d'Alex Turner (ndlr. meneur des Arctic Monkeys) qui m'ont d'abord cloué sur place. Ce dernier me faisait penser à un poète mettant ses vers en musique. Il a un talent spécial pour cela. Lire la suite »

Arctic Monkeys

Voici la réponse sans rémission au dernier live des Rolling Stones filmé par Scorsese (Shine A Light) Au clinquant, au pathétiquement mou, à l'auto-congratulation, voici un objet où le mot "indé" prend tout son sens: Live at The Appolo: Arctic Monkeys. Une mise en "scène" clin d'oeil aux films d'espionnage, avec quatre protagonistes pour autant de plans fixes. Une musique d'entrée ("Servizio Fotografico" par Bruno Nicolai) qui indique que chez la bande à Turner, on cultive élégamment le goût de la mise en scène sobre et élégante. Visible sur internet, la bande annonce donne le ton: "Still Take You Home" (pièce maîtresse du concert) joué plein pot, de face, sans scrupule ni clin d'oeil. Entre les roadies, les sécus et les ingés sons, on Lire la suite »

Reverend and the Makers

Dans la famille des groupes électro-rock, voici le petit nouveau. Tout droit venu de Sheffield, centre de l’Angleterre. Le problème de l’électro-rock, c’est qu’à la première écoute, on a l’impression que c’est toujours la même chose, que tous les morceaux se ressemblent et qu'ils sont quasimanent égaux à n’importe quel autre groupe d’électro-rock. C’est là qu’on a tort. La preuve avec Reverend and the Makers. Lire la suite »

Revenir en haut de la page