vendredi , 30 septembre 2022

Primus

Merci à la bande à Les Claypool pour nous livrer ce disque en cette période musicale, sombre et déprimante. Ce disque est un vrai cocktail de bruit, de sonorités dingues et bien sur une leçon de groove. A l’image du premier titre : "Prelude To A Crawl" on en prend plein la gueule, et c’est peu dire ! Un gros son, une basse qui défonce tout et des rythmes (devrais-je dire des polyrythmies) qui intègre technicité et efficacité.

Le disque tient ses promesses et c’est à travers un "Last Salmon Man" que l’auditeur peut prendre sa claque de groove, attention ça décoiffe. Et puis, moi je vais vous dire, Primus c’est un RHCP qui ne s’est jamais fait avoir par le fric et les gonzesses. L’humilité et la technique sans faille ont su ranger Primus dans le giron des très grands rythmiciens. Je voudrais souligner la créativité des compos : "Moron TV" qui voit une très belle section éléctro reggae sur fond de basse détonante et de back beat à la Marley, complètement jeté mais génial, et le titre : "Eyes Of The Suirel" qui plonge l’auditeur dans un mélange bruitiste et angoissé (un peu à la Kaada) qui à mon sens révèle bien l’esprit de ce disque funky et psyché.

 

"Primus c’est un RHCP qui ne s’est jamais fait avoir par le fric et les gonzesses"

 

Si le côté expérimental vous botta ou vous bottait déjà, vous allez être servi parce que cet album renoue avec le fameux SAILING THE SEAS OF CHEESE et la formule basse en avant, tempi endiablés et ce zest de psychédélisme rendant l’écoute très dynamique et pas du tout passive.

Un sacré voyage que vous vous devez de faire au moins une fois.

 

Check Also

Meshuggah est (in)Immutable

TRASH METAL – Meshuggah produit peu mais de la qualité. Carré comme un emballage Ikea, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.