Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Papaya Cake

Papaya Cake

Le Bison Blanc

Label: Patch Work Production

TRIP HOP - Le « Bison blanc » (The White Buffalo) n’est pas qu’un film de Jack Lee Thompson sorti en 1977, étrange mélange de western teinté d’épouvante, c’est aussi le premier album du groupe Papayacake qui nous invite au mélange rock et électro.

Classé à juste titre dans le trip-hop, le duo revendique son mélange de douceur et de dissonances, de délicatesse et de distorsion. Armé d’une chanteuse rock et d’un musicien électro, le groupe jouit d’une excellente réputation scénique et tente, après un premier EP, la conquête du monde musicale avec ce Bison d’une couleur bien particulière.

Vous en avez vu souvent, des Bisons blancs ? Même le film qui en parle est assez rare et étrange. Papayacake respecte donc cette tradition d’originalité, puisque l’album voyage librement entre musique électro, musique expérimentale, rock (pour la voix) et même musique du monde. En cherchant, on trouve encore ici et la d’autres tendances. Tout ceci crée la sonorité Papayacake, duo qui réussit à imposer son style unique. Portée par la voix très agréable de la chanteuse (au nom introuvable !), les compositions plutôt calmes s’enchainent, créant une ambiance branchée, soutenu par un travail sympathique sur la sonorité et le rythme.

 

 

La réputation scénique du groupe ne se retrouve pas entièrement sur le disque, où il manque un peu ce coté décalé et drôle. L’ensemble sonne justement assez sérieux. Il est vrai que c’est très dur d’être drôle sur disque, les mauvais exemples montrent qu’on frôle plus facilement le ridicule que l’humour. Mais l’intérêt se perd parfois au cours du disque, sans doute dû à l’unité sonore de l’ensemble. Pourtant, aucun mauvais titre, ou mauvais choix, mais le coté assez doux du disque est sans doute le vrai fautif. Peut-être que l’humour aurait relancé ici et là notre intérêt. Un album qui s’apprécie davantage, pour cette ambiance, par une écoute attentive (au casque).

Si ce premier essai sur disque n’est pas totalement réussi, l’originalité de Papayacake mérite vraiment d’être découverte. Un talent à suivre et à surveiller de près, particulièrement s’ils passent en concert près de chez vous… Moi j’y serai ! Et vous ?


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page