mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Paléo – Jeudi et vendredi

Paléo – Jeudi et vendredi

Jeudi et Vendredi

Paléo Festival, Nyon, (CH), jeudi 19 et vendredi 20 juillet 2012

REVIEW – Les soirées de jeudi et vendredi n’étaient pas la messe des rockeurs. C’était donc l’occasion de voir d’autres trucs, de se laisser surprendre par un concert ou un bar, c’est aussi ça Paléo, flâner sans but et errer au gré des découvertes et des envies.

 

C’est avec Caravan Palace et son électro-swing que nous avons remué les hanches et « swingué » à coup de beat, contrebasse et de clarinette. Efficace, bonne communion avec le public, un concert intéressant quoiqu’un peu répétitif. Avec une heure en début de soirée c’était bien vu. Les charmantes tenues de Zoé Colotis, forcément un peu rétro, ont fait tous leur effet.

Le clou de la soirée était naturellement la venue de Sting. L’ex leader de The Police a jonglé entre ses compos en solo et les anciens tubes mythiques (Messages in a Bottle, De Do Do Do De Da Da Da, Roxanne) qui ont marqué l’histoire du rock. Et bien évidemment ce sont ces titres là que le public attend. Sting les fait d’ailleurs un peu trainer en longueur en faisant chanter le public. Mais bon, on ne peut pas lui en vouloir non plus, c’est comme ça que ça marche. Signalons la présence de Vinnie Colaiuta à la batterie, un monstre de précision qui accompagnait Frank Zappa à l’époque. Très grande prestation du batteur et des autres musiciens.

 

 

Quelques gouttes de pluie en début de soirée vendredi et un Club Tent bien rempli pour accueillir la Gale, rappeuse lausannoise. Une nana qui en a dans le caleçon et qui écrit remarquablement bien. Avec son titre accrocheur "Passe ton Chemin, Fais ta Vie" en milieu de prestation, elle a séduit les curieux et les amateurs du genre. La grande classe Mademoiselle !

Le pari de Rodrigo et Gabriela sur la Grande Scène était osé. Ils s’en sont biens sorti, mais une ambiance plus cloisonnée leur aurait peut-être mieux convenu, comme lors de l’édition 2009 au Chapiteau. Les deux virtuoses étaient accompagnés d’un orchestre cubain qui donne de l’ampleur aux morceaux. Le célèbre "Tamacun" en jette toujours.

 

 

Orelsan que l’on a entre aperçu, le temps d’entendre "La Terre est Ronde". Dire qu’en deux albums il est passé de "Suce ma Bite pour la Saint-Valentin" au très pop "La Terre est Ronde". Etonnant.  Le sexy Lenny Kravitz a clôturé la Grande Scène avec un concert attendu. Un peu comme pour Sting, les vieux titres ont cartonné. L’intro de "Are You Gonna Go My Way" à elle toute seule valait le détour, mais encore une fois, ce n’est pas une surprise.

Et pour finir la soirée, c’est au Club Tent que tout se passait avec l’explosivité de Skip The Use. Ils cartonnent avec leur tube "Ghost", mais ils n’ont heureusement pas oublié leur premier album qui sent bon le punk rock. Fini en beauté avec "Bastard Song" ! Yeah, respect !

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page