mercredi , 21 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Paléo Festival

Paléo Festival

Mercredi 22 juillet

Plaine de l'Asse, Nyon


Petit tour d’horizon de la deuxième journée du Paléo Festival où la Plaine de l’Asse voyait se succéder de grands noms – Prodigy, Franz Ferdinand, Young Gods, Ting Tings – et de délicieuses découvertes pour le public tels que Black Box Revelation, Yodelice ou encore les terribles Bonaparte…

 

 

Pour ce mercredi, soi-disant ensoleillé mais qui fût tout de même mitigé, la programmation était intéressante, alternant mastondontes et groupes indés. Entre deux interviews, faisons un petit tour d’horizon de ce qu’il s’y est donc passé. Des interviews – Ghinzu et Peter von Poehl – qui ne nous ont malheureusement pas permis d’assister à quelques concerts attendus, entre Prodigy et Bonaparte… Ghinzu a pris possession de la Grande Scène à 19 heures tapante devant un public nombreux. Les petits frères de dEus ont joué une bonne heure en passant aisément de rock calme et touchant à carrément énervé d’une chanson à l’autre. Cela n’a pas décontenancé le public: la bonne ambiance y était! Puis, juste après le groupe belge débarquait depuis la Suède Peter von Poehl pour son concert au Club Tent. Et le concert fut très sympathique. Ce grand blond aux yeux bleus a une façon bien à lui de danser et une voix particulière, ce qui fait tout son charme. On regrettera cependant une batterie trop présente sur l’ensemble du set…

 

Franz Ferdinand est roi à Paléo

 

De retour sur la Grande Scène, les incontournables Franz Ferdinand et leurs morceaux électrisants n’ont fait qu’une bouchée des 35’000 spectateurs. C’est dans une ambiance survoltée que le quartette débute son concert. Il faut dire que la foule est venue en grand nombre voir le célèbre groupe écossais: une demi-heure avant le concert, la Plaine de l’Asse est déjà remplie ! Le groupe enchaine les morceaux, alternant entre leurs précédents succès et de compositions du dernier album TONITE…. Le public est déchainé, “Take Me Out” provoquera même une véritable émeute. Puis, après un fabuleux solo de batterie avec tous les membres du groupe réunis, Franz quitte subitement la scène sans avoir interprété leur tube du moment, le très attendu “Ulysses”. Une clameur furieuse retenti toutefois, le groupe revient donc sur scène pour vingt minutes supplémentaires et joue enfin le tant attendu morceau. Dans le feu de l’action, Alex Kapranos laisse même échapper un «Vous êtes trop jolis». Emu, le public lui a répondu bruyamment, tous en cœur. Franz Ferdinand est roi à Paléo, définitivement…

Photo: Boris Soula pour le Paléo Festival


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page