jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » MJF – Nada Surf

MJF – Nada Surf

Live in Montreux

Montreux Jazz Festival, (CH), vendredi 13 juillet 2012

REVIEW - Pour le dernier week-end de concerts à Montreux, Monsieur Claude Nobs a programmé notre groupe favori. C’est à l’abri de la pluie, au Miles Davis hall, que Nicolas (photographe) et moi-même (chroniqueur ponctuel) avons eu la chance de vivre un nouveau concert de Nada Surf. C’est en attendant leurs entrées sur scène que nous nous sommes remémoré les différents concerts auquel nous avons assistés. A nous deux, ce sera la 25ème fois que nous les verrons en live (totaux cumulés).

 

Pour fêter l’évènement, ce n’était pas au bar sans alcool du Mediacenter que nous trouverions de quoi faire. Alors direction les vrais bars de Montreux, ceux qui passent de la musique brésilienne… « Huit Rhum-Cola s’il vous plait Madame ! ». Car c’est aussi ça qui fait l’attrait du Jazz : le nombre de bars au mètre carré et … l’absence de boue, même quand il pleut (et oui, on se fait vieux, 60 ans à nous 2) ! Mais revenons aux choses sérieuses, si l’on est là c’est d’abord pour vérifier si Matthew, Daniel et Ira (qui sont désormais accompagnés de Doug Gillard, second guitariste,  et Martin Wenk de Calexico aux clavier et trompette) ont toujours cette niaque légendaire qu’on leur connait.

Nada Surf passe en second couteau après King Charles mais surtout avant le duo anglais The Ting Tings. Le concerte début sur deux morceaux extraits de leur nouvel album, THE STARS ARE INDIFFERENT TO ASTRONOMY paru cette année, alors que la salle est loin d’être complète. Les 2200 places du Miles n’ont visiblement pas toutes été vendues et c’est dans une ambiance tiède que Nada Surf entame son heure (60 minutes chrono) de performance. "Happy Kid" fait monter légèrement la température mais il faudra attendre un bon vieux tube "High Speed Soul" pour voir les premières têtes sautillantes dépasser de la foule. On retrouve un peu le son des précédents albums. Sans convaincre vraiment, Matthew, Daniel et Ira semblent toujours avoir le même plaisir à jouer mais soyons réaliste, ils sont crevés : ce soir était un soir sans énergie. Malgré le soutien musical apporté par les excellents Doug et Martin, Nada Surf ne nous a pas fait une grande impression.

 

Nous les avons trouvé quelque peu fatigué et leur rock bien peu vitaminé malgré une prometteuse setlist. Le public montreusien ne donne pas grand chose en retour, il y a fort à parier que ca n’aide pas à motiver le groupe. Ce n’est qu’en rédigeant cet article que je me rends compte que Nada Surf est en plein marathon depuis le début de l’année. La tournée 2012 est monstrueuse. Ils tournent à plein régime : Angleterre, Autriche, USA, Suisse, Pays-Bas, France, Espagne, Italie, Allemagne, retour aux USA, Brésil, Argentine, retour à New York pour faire la lessive, Montreux pour un soir et nouveau retour aux USA… et ça en 6 mois !!! Il me semble donc évident de tempérer nos réflexions sur le manque d’énergie et la motivation du groupe car on ne peut pas demander la lune et une prestation débridée à tous les concerts à une équipe qui tourne depuis 7 mois sans pauses. Cette année c’est l’anniversaire des 20 ans du groupe et il est normal que la sagesse prenne le dessus sur la folie d’antan. Et puis, nous n’avons rien à dire, nous qui mettons plusieurs jours à récupérer après une soirée trop tardive… Les 4 prochains mois leur feront visiter à nouveau l’Allemagne, la Suisse (YES !!!), puis l’Australie, Londres, la France à nouveau, les Pays-Bas bis, l’Espagne, l’Allemagne…

Devant ce constat, nous nous questionnons sur les raisons de cette hyper présence sur les scènes internationales. Les ventes de CD ont-elles chuté à tel point qu’ils sont obligés de tourner en permanence ? Si ce rythme est tenable pour des petits jeunots, comment nos idoles quarantenaires gèrent-elles cela après plus de 20 ans de tournée ? La quantité au détriment de la qualité ? Bref, nous… même si on les adore, on préférerait les voir qu’une fois par année en grande forme à la place de 4 représentations moyennes. Comme le dit Daniel, c’est aujourd’hui grâce au public et aux concerts que les membres de Nada Surf peuvent payer leur loyer. Mais on est en droit de se demander si Nada Surf n’en fait pas un peu trop en tournant à fonds à travers le monde, années après années.

Le concert se poursuit sur de meilleures notes. L’ambiance se réchauffe, Ira s’éclate sur "Hi-speed Soul", Daniel et Martin Wenk s’en donne à cœur joie sur "80 Window". Martin accompagne Nada Surf au clavier, à la trompette mais surtout au syntoniseur « home made », surmonté d’un petit chalet suisse ! Clin d’œil à Claude ?

 

 

Ce concert de 60 minutes au Montreux Jazz Festival ne restera pas dans les anales pour nous. Nous sommes profondément convaincus que Nada Surf reste un des rares groupes à faire du rock-pop sans édulcorants, pour tous les publics et ce, sans tomber dans la monotonie commerciale. C’est un groupe que nous suivons avec beaucoup de plaisir et vous conseillons d’aller les voir en concert, sans modération. Ils seront de retour en Suisse le 16 août au Rock Altitude du Locle et le 17 août à l’Open Air de Gampel.

C’était également le deuxième passage au Montreux Jazz pour les Ting Tings après leur concert événement de 2008 sur la scène gratuite du Jazz Café. Même si l’on s’en doutait, le public montreusien a pu vérifier que le duo anglais n’a rien perdu de son mordant. Leur second album paru cette année SOUNDS FROM NOWHERESVILLE en a décontenancé plus d’un mais les Ting Tings restent d’une incroyable efficacité en live.

 

 

La plupart des morceaux, qui sonnent un peu trop électro-pop, en studio prennent une nouvelle dimension sur scène avec un son brut et une énergie communicative. Mais si la sauce a pris aussi rapidement, c’est certainement parce que les anglais excellent là ou Nada Surf a pêché ce vendredi : en entamant leur set par deux de leurs morceaux phares "Great DJ" et "Hang It Up" que tout le monde connaît. Les morceaux suivants s’enchaînent comme autant de hits et l’assistance, qui a manifestement fait le déplacement pour les anglais plutôt que pour Nada Surf, s’électrise enfin, permettant à la soirée de se terminer sur une note festive.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page