vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » MJF 2009

MJF 2009

6 juillet - review

Disques Office


 

Entendu un lundi soir, à Montreux : « Vous avez la permission de 2 heures ? ». Alexandre Edelmann, co-programmateur du MJF Café s’interroge pertinemment. Bien vu : The Virgins termineront leur concert à 1 heure du matin, juste le temps de permettre au jeune public de regagner la chaumière avant le blâme paternel (ou maternel, maintenant avec ces familles mono-parentales…). Et quand c’est gratuit, la foule vient en grand nombre. La bonne idée de la programmation : ou comment remplir le Café en optant pour un line-up accessible et tendance. Autre joli coup : permettre aux géniaux Coming Soon de bénéficier d’une jolie promotion en se voyant ouvrir pour les Virgins.

Ce concert des gens d’Annecy est allé toutefois au-delà de leurs espérances. Coming Soon a démontré tout simplement qu’il s’agissait d’un des groupes francophones les plus passionnants aux côtés de Phoenix ou de Moriarty notamment. Après deux showcases pour Couleur 3 et la Première (Radio Paradiso) de grande qualité et prouvant leur grande aisance, le sextet a en effet joué devant un Café presque comble. Une assistance aux avants postes une plombe avant les New-Yorkais peut-être, mais peut importe, d’autant plus que Howard Hugues et sa bande ont réussi le joli pari de même remplir un peu plus l’audience. Dans le même cas de figure, on a pensé à Arcade Fire qui, en 2007, avaient fait identique à Paléo en passionnant un public volatile.

Humblement, on a d’ailleurs vu un brin du groupe québécois sur scène hier soir. Si les compos de NEW GRIDS étaient parfois intimistes ou dur d’accès, celles de GHOST TRAIN TRAGEDY, le nouvel album à paraître, entraînent aisément les reprises en chœur. Groupe volontairement exigeant – la meilleure manière de ne pas perdre des plumes – Coming Soon a sans doute déçu quelques fans de la première heure en interprétant quasi exclusivement des morceaux millésime 2009. Chose courageuse car ils auraient pu le faire dans une cave vide ou un festival champètre tout en privilégiant la carte de l’efficacité une fois face aux dates importantes.

Malgré quelques longueurs sur la fin, on retiendra de ce concert de biens jolis signes prometteurs d’une carrière ensoleillée.  En interview ici même avant leur concert, Billy Jet Pilot, bassiste du groupe, nous conseillait de ne pas jouer avec les gens nous ressemblant trop. Le résultat ? Un groupe passionnant et mature, voilà tout.

Photo © Julien Gremaud


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page