lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Islet

Islet

Illuminated People

Label: Shape Records

EXPERIMENTAL ROCK - Ecouter ILLUMINATED PEOPLE c'est comme s'approcher du bord d'une falaise et se lancer par-dessus la barrière, passer dans un autre monde où tout sonne différemment mais tellement bien. Islet nous emmène dans leur monde schizophrène où tous les genres se mélangent et s'imbriquent dans une mosaïque psychédélique et rock.

Le quartet gallois ne s'encombre d'aucune convenance pour nous inviter dans l'univers euphorique à l'esthétique particulière de son nouvel opus ILLUMINATED PEOPLE en osant mettre un titre de neuf minutes en ouverture. "Libra Man" débute sur un sample électro entêtant et la voix hypnotisante d'Emma Daman à l'arrière-plan laissant progressivement place à la batterie puis à la voix de Mark Thomas scandant des paroles complètement abstraites, limite hermétiques.

L'album donne le sentiment d'une explosion de genres, comme si le groupe avait lancé des idées et en avait suivi quelques unes au hasard quand bien même leurs directions étaient opposées. "Entwined Pines" est fresque de styles, qui se mélangent les uns aux autres avec harmonie passant des chœurs aux rock bien bruyants pour finir à la limite du punk où la batterie et la voix de Johnny Thomas se battent pour la vedette. Et le tout sans forcer comme par magie, nous laissant complètement ivre de sons.

"A Warrior Who Longs To Grow Herbs" nous invite aux plaisirs interdits. Emma Daman halète, murmure, gémit sur un mélange instrumental paradoxalement dissonnant. Le rythme ralentit à mi-album, nous laissant reprendre notre souffle le temps d'un morceau. "We Bow" avec sa guitare acoustique, son rythme moins tourmenté contraste avec les autres titres. Et pourtant, c'est un des joyaux de l'album. Les quatre gallois peuvent toucher tous les styles et les transformer en or. Mais on repart de plus belle avec "Filia" et ses voix douces, chaudes ou hurlées, ses riffs de guitare et sa batterie agressive. Par moment, on remarque quand même quelques failles malgré (ou à cause) des multiples couches de sons. L'orgue excité de "Shores" peine à se marier avec les chœurs, la voix principale et les harmonies plus calmes qui l'accompagnent. Mais ILLUMINATED PEOPLE termine sur un bouquet final magistral avec "A Bear On His Own", son ouverture électro qui se transforme mix 70's avant de s'écraser en flammes dans des relents de métal.

Islet pousse la musique hors de ses limites pour nous offrir un voyage hors norme. Avec eux, parler de paysages sonores prend tout son sens, chaque écoute révélant un nouveau détail ou offrant une nouvelle approche. Leurs morceaux vont devenir des icônes, issus à la fois de tous les styles mais n'appartenant vraiment à aucun excepté le leur.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page