Eels

Des albums d’Eels il y en a un paquet, tous ont leurs pépites ! Ce Royal Albert Hall est issu de la tournée impulsée par The Cautionary Tales. Dans le spectacle, cet album reste bien présent mais l’ensemble de la discographie faisant surgir des monuments de la musique enfouis dans nos mémoires. Le personnage de Mark Oliver Everett nous prouve une fois de plus son talent magnifique, puissant dans un langage émotionnel sans pareil : passant de la mélancolie à l’humour, de la joie pure à l’insolence, etc. Reflet d’une belle écoute avec des musiciens très pros, le groupe se montre très appliqué et exigent.

Un grand moment de bonheur que décèle cette descente dans l’arène du chanteur. Et ce n’est pas n’importe quelle arène bien sûr : qui ne rêverait d’enregistrer un live au Royal Albert Hall ? A cela s’ajoute 10 caméras qui ont permis de produire un DVD. Comble de la mise en lumière que cette sale pompeuse, luxueuse, emplie de gloire qui raconte un Londres embourgeoisé ! Et le lieu se prête bien à l’artiste : en effet Everett est un homme de scène qui fait son show, parfaitement à l’aise face à ses fans. Il raconte des histoires donc, encore et encore revenant sans cesse sur un gag répété traitant sa musique de « vieux rock mollasse et casse-couilles ». Une ironie qui fait plaisir à entendre et sonne plutôt juste. Entre désespoir chaviré et solitude chaleureuse.

Je ne vous dévoilerais pas plus du spectacle, histoire de ne pas gâcher ses surprises.

 

About Anthony

:-)

Check Also

Volbeat – Servant of the Mind

Moins de deux après le dernier album, les danois reviennent avec un huitième album. Je …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.