On nous demande d’encenser un album sur la base d’une copie promo de 3 plages seulement tirées de l’album à paraître tout soudain. Bien. Soyons objectifs et penchons-nous seulement sur ces 3 titres, à savoir « 40 Day Dream », « Jaglin » et « Carries On ». Les Zéros Magnétiques sont tout sauf des zéros. Un peu des Walkabouts en moins 80’s, quant au Sharpe, il est une espèce d’Anton Newcombe en moins con. Le tout assez hippie nouvelle génération, vas-y qu’on se tient la main et qu’on danse en cercle pendant que le soleil se couche. Mais tout ça n’est pas dérangeant. Car le tout est tellement… tellement simple, tellement naturel ! Il n’y a rien à comparer musicalement avec Oasis, mais disons que dans la démarche, l’un comme l’autre ne font pas de prouesses mais tous deux arrivent à choper LA mélodie qui tue, si simple, si parfaite. Et l’on se dit, la guitare sur les cuisses, dans sa chambre « Mais pourquoi JE n’y ai pas pensé avant ? » Il y a un côté Spiritualized aussi, voire Arcad Fire au niveau des mélodies (votre serviteur aime le name dropping vous dites-vous). Donc en résumé, du songwriting, du pur, du vrai ! Avec des chœurs, du piano, des introductions qui invitent à écouter le reste ! Enfin ! Il est dit sur la pochette qu’il arrive souvent que, en concert, les fans soient euphoriques et ne puissent retenir leurs larmes. Sans penser une seule seconde que c’est la règle, on veut bien croire, à l’écoute des 3 morceaux précités, que les gigs doivent être forts, prenants. Si le reste de l’album est du même acabit, il est de ceux que l’on découvre en fin de saison et qui aident à passer tout l’hiver !

Edward Sharpe & The MZ

On nous demande d’encenser un album sur la base d’une copie promo de 3 plages seulement tirées de l’album à paraître tout soudain. Bien. Soyons objectifs et penchons-nous seulement sur ces 3 titres, à savoir « 40 Day Dream », « Jaglin » et « Carries On ». Les Zéros Magnétiques sont tout sauf des zéros. Un peu des Walkabouts en moins 80’s, quant au Sharpe, il est une espèce d’Anton Newcombe en moins con. Le tout assez hippie nouvelle génération, vas-y qu’on se tient la main et qu’on danse en cercle pendant que le soleil se couche. Mais tout ça n’est pas dérangeant. Car le tout est tellement… tellement simple, tellement naturel ! Il n’y a rien à comparer musicalement avec Oasis, mais disons que dans la démarche, l’un comme l’autre ne font pas de prouesses mais tous deux arrivent à choper LA mélodie qui tue, si simple, si parfaite. Et l’on se dit, la guitare sur les cuisses, dans sa chambre « Mais pourquoi JE n’y ai pas pensé avant ? » Il y a un côté Spiritualized aussi, voire Arcade Fire au niveau des mélodies (votre serviteur aime le name dropping vous dites-vous).

 

Hippie nouvelle génération

 

Donc en résumé, du songwriting, du pur, du vrai ! Avec des chœurs, du piano, des introductions qui invitent à écouter le reste ! Enfin ! Il est dit sur la pochette qu’il arrive souvent que, en concert, les fans soient euphoriques et ne puissent retenir leurs larmes. Sans penser une seule seconde que c’est la règle, on veut bien croire, à l’écoute des 3 morceaux précités, que les gigs doivent être forts, prenants. Si le reste de l’album est du même acabit, il est de ceux que l’on découvre en fin de saison et qui aident à passer tout l’hiver !

About Anthony

:-)

Check Also

Amaranthe, la plus belle plante du rock

POWER METAL – Quelques mois avant la sortie de son sixième album studio intitulé « Manifest », …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.